Ros Murray

Présente...

» Article

le 16.03.2008 à 06:00 · par Eric F.

Bassiste des tristement défuntes Electrelane et menant son projet parallèle Ray Rumours, Ros Murray nous fait découvrir son coup de coeur musical :

François - Brother

A cette époque où tout ce que l'on écoute est dominé par la merde produite par cette vaste machine qui s'appelle "l'industrie de la musique", bien qu'en réalité ça n'ait rien à voir avec la créativité ni bien sûr avec la musique même, nous avons bien besoin de François. François, c'est une fourmi entre un troupeau d'éléphants maladroits, cherchant sa place dans le monde. Et temporairement, pour ne pas se faire écraser, il s'est terré, entouré d'aquarelles et de mots gentils. Avant de faire ça, il a laissé les ébauches pour son oeuvre la plus magnifique, cent fois plus grande que lui, et pesant lourdement sur son dos, dans un endroit secret, à l'abri des pattes écrasantes. Ça ne m'étonne pas du tout que ces bêtes sourdes, maladroites et inconstantes ne prêtent pas attention à quelque chose qui a une véritable beauté, et je m'en fiche, parce que, comme nous le savons, il y a des choses plus importantes dans le monde que la mode et l'argent.

Où que je me trouve dans le monde, c'est la voix de François qui me ramène chez moi. Elle contient une fragilité qui évoque à la fois une force immense, comme un chuchotement puissant, ou comme l'énergie dans A Sudden Gust of Wind de Hokusai, qui emporte les lignes dessinées, enlevant les papiers et les chapeaux comme si c'étaient des feuilles d'arbres. Cette collection de morceaux allait être Brother, le troisième album, et le deuxième avec the Atlas Mountains, un supergroupe de Bristol avec des membres de Headfall, Arctic Circle et Rozi Plain. Les morceaux pour l'album, des démos et des versions finales, peuvent se trouver sur le site www.kidfrancois.com, où l'on peut aussi télécharger la pochette. Tous ces morceaux sont des perles, parfaitement arrangées, dès les tons doux des clarinettes de Golden Lips, au pêchu et entraînant Tracy Emin, qui donne envie de sauter sur les lits comme des gamins. Les nouvelles versions des vieux tubes comme Tour de France et The Way to the Forest sont des témoignages de l'évolution de François, de ses démos solitaires aux textures riches et complexes interprétées par le groupe. Mais le vrai diamant de cet album est Nightlights, un duo avec Markland Starkie de Sleeping States. Lorsqu'ils chantent "Come here, et mets tes bras tout autour de moi", les voix font écho, créant un son qui est à la fois admirablement épars et parfaitement complet, et assez pour faire fondre n'importe qui en larmes.

Le fait que François ait renoncé à ses plans de sortir le disque et ait mis tous les morceaux sur son site internet, comme des ébauches de ce qui allait être une oeuvre finie, ne devrait décourager personne. On risque souvent de ne pas comprendre que les plus belles oeuvres sont des travaux-en-cours, des êtres vivants et non des produits pour être conditionnés et vendus. Hier soir, en parlant de François, j'ai dit "c'est un génie" ; cet album est la lampe d'où il émerge, entouré de brume et de lumière bleuâtre.

Retour haut de page

Photo Article Ros Murray, Présente...

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.