Electrelane

No Shouts No Calls

( Too Pure ) - 2007

» Chronique

le 09.05.2007 à 06:00 · par Eric F.

En sortant des disques aventureux avec une régularité presque aussi métronomique que la batterie d'Emma Gaze, Electrelane s'est incontestablement imposé en un laps de temps finalement assez réduit (ce ne sont pas les premières parties d'Arcade Fire qui le contrediront).

Pour leur quatrième album, les quatre filles de Brighton ont remisé les explorations soniques plutôt réussies d'Axes au placard pour se concentrer sur un format plus pop, marqué ici par un retour aux chansons, la voix étant très présente. Et si The Greater Times nous renvoie directement à l'ouverture de The Power Out (Gone Under Sea), les deux albums n'ont pas grand chose de jumeaux pour autant. Les morceaux sont ici pour la plupart présentés dans une optique assez rock (adieu la chorale par exemple), les guitares ayant été confiées à Mia Clarke (Verity Susman n'en jouant que sur After The Call) qui se démène une fois de plus avec un véritable brio, faisant office d'usine a riffs à elle seule (les similaires After The Call et Between The Wolf And The Dog par exemple, totalement exaltés).

Seulement voilà, No Shouts No Calls n'apporte pas grand chose de nouveau à la discographie d'un groupe qui a toujours su aller de l'avant. On ne pourra que se lamenter une fois de plus sur le côté boîte à rythme de la batterie tant on aura encore l'impression d'entendre le même rythme tout du long du disque. Et les fameux riffs précités, s'il n'en sont pas moins fort prenants, ne nous offrent pas grand chose que l'on n'ait déjà entendu. Ajoutez à cela une sorte de "ventre mou" en plein milieu du disque (dont l'effet ne durera heureusement que sur peu de titres), peut-être lié à une entame un peu trop forte pour être prolongée jusqu'au bout, et il en deviendrait presque tentant de donner une image plutôt négative de l'album.

Mais Verity Susman n'a pas oublié comment écrire de bonnes chansons efficaces, portées par les lignes de basse sautillantes de Ros Murray. Electrelane a déja enmagasiné assez d'expérience pour nous éviter le coup du pilotage automatique. Pour peu que l'on accepte sans rechigner ce retour vers une formule beaucoup plus basique (ce qui ne devrait quand même pas poser trop de problèmes), No Shouts No Calls offrira de très bons moments, confirmant finalement bel et bien la place des Anglaises en haut de la sphère indie-rock.

Retour haut de page

Pochette Disque No Shouts No Calls

» Tracklisting

  1. The Greater Times
  2. To The East
  3. After The Call
  4. Tram 21
  5. In Berlin
  6. At Sea
  7. Between The Wolf And The Dog
  8. Saturday
  9. Five
  10. Cut And Run
  11. The Lighthouse

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.