Port-Royal

Afraid To Dance

( Resonant ) - 2007

» Chronique

le 05.03.2008 à 06:00 · par Janf R.

Quiconque a approché les glaciers géants d'Islande a compris — ou excusé, c'est selon — l'univers musical de Sigur Rós. Mimétisme évident entre ces paysages glacés et broyés et les matières sonores des Islandais. Même univers à la beauté irréelle et confondante. Irréelle au point d'avoir inventé une langue — le vonlenska de Jónsi — pour évoquer cet indicible.

Quiconque a approché l'univers musical de Port-Royal a du mal à le comprendre — ou à l'excuser, c'est selon.

Successeur à Flares, premier album déjà paru sur Resonant en 2005, cet Afraid To Dance ne permet pas davantage de lever le mystère. Car Port-Royal est originaire de Gênes, en Italie. Et les courants d'air qui traversent les mondes sonores de ces quatre Italiens tiennent beaucoup plus du souffle polaire ou de la bise berlinoise que de la brise adriatique. Car à l'instar des Jeka, Karola Bloch et Stimmung de Flares, l'imaginaire évoqué par la majorité des titres de cet Afraid To Dance envoie à nouveau aux confins d’une Europe orientale post-Guerre Froide. Un décor de brouillards denses et de silhouettes incertaines mis en sons et en vibrations par un langage musical personnel et inédit.

Bahnhof Zoo. Ouverture de rideau sur une scène où guitare, claviers et beats installent un équilibre qui ne quittera jamais l'album. Plus que des éléments de décor, de brillants seconds rôles. Des claviers qui inondent et colorent la scène de lumière brumeuse et bleutée. Une guitare qui joue aux ombres chinoises et vient y esquisser notes acoustiques ou traits saturés (Pauline Bokour). Et des beats aux belles matières (German Bigflies) qui, le temps d'une danse en apesanteur (Deca-Dance), s'emballent pourtant pour éviter le kitsch de justesse et frôler le surréaliste. Surréaliste au regard des délicates gouttes de piano et des voix fantomatiques qui complètent une affiche à l'élégance évoquant parfois Lali Puna (Roliga Timmen (Longing Machines))

Tout au long de ces panoramas mixés — et mis en équilibre — par Murcof, et dans la foulée d'un Flares fondateur, Port-Royal continue à développer un langage sous influences Labradford et Boards Of Canada. Et réussit une synthèse ambient-electronica indifférente aux tics des genres. Et à la géographie. Car quiconque a approché l'univers musical de Port-Royal a compris qu'un brouillard dense doit aussi parfois tomber sur la Côte Adriatique.

Retour haut de page

Pochette Disque Afraid To Dance

» Tracklisting

  1. Bahnhof Zoo
  2. Pauline Bokour
  3. Anya : Sehnsucht
  4. German Bigflies
  5. Deca-Dance
  6. Roliga Timmen (Longing Machines)
  7. Internet Love
  8. Leitmotiv - Glasnost
  9. Putin Vs Valery
  10. Attorney Very Bad (Aka The Worst)

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.