The New Year

The New Year

( Touch And Go / Pias ) - 2008

» Chronique

le 08.09.2008 à 06:00 · par Eric F.

Les frères Kadane en deviendraient presque franchement énervants : une fois de plus, et ce même avec la meilleure volonté du monde, il me sera totalement impossible d'émettre la moindre critique à l'encontre de leur musique. Le fan de The New Year étant obligatoirement patient (trois albums en huit ans), il peut donc ainsi mesurer toute la joie qu'il éprouve en découvrant ces nouvelles pépites, tant attendues. Elles sont ici au nombre de dix, car le groupe perpétue la tradition qui veut qu'un disque de The New Year soit un album concis (à peine trente-cinq minutes) où pas un morceau, que dis-je, pas une note ou un mot, voire même pas un silence n'est superflu. Si les Kadane nous avaient bien sûr déjà habitués à tant de classe, ils semblent tout de même avoir voulu bousculer nos habitudes de fidèles dévots, prêts à signer des deux mains pour une dizaine d'albums identiques, pour peu qu'ils gardent leur traditionnel sceau d'excellence. La surprise est donc de taille sur The New Year, puisque la grande majorité des titres se base autour d'un piano, le groupe laissant au placard ses célèbres entrelas de strates guitaristiques (Folios, en formidable écho à The Present de Bedhead, mis à part). Il paraissait risqué que le groupe se prive de sa marque de fabrique principale, mais la force des dix morceaux ici présents ne laisse pas de place au doute : The New Year aura bel et bien sa place au Panthéon, aux côtés de la discographie de Bedhead ainsi qu'à ceux de Newness Ends et The End Is Near.

Si on ne distingue toujours pas très bien qui chante entre Matt et Bubba Kadane, on reconnaît immédiatement le savoir-faire des deux frangins. Les thèmes du disque avaient d'ailleurs été annoncés bien avant sa sortie : la nostalgie d'un passé qu'on ne peut retrouver, la frustration que suscite les désirs qu'on ne peut transformer en réalité, et le besoin de l'autre. C'est d'ailleurs de ce côté-là qu'on pourra trouver un lien avec le précédent The End Is Near. Une nouvelles fois mixées de façon discrète, les parties vocales sont parfois d'une beauté à couper le souffle malgré leur apparente simplicité, comme le prouve le final de Folios, où une simple phrase ("I don't think the good years I've got can wait so what are we staying for ?") sert d'imparable conclusion, rehaussant la puissance émotionnelle d'un titre qui n'en avait pourtant pas vraiment besoin. Et si le piano a pris le pouvoir, on remarque également une présence beaucoup plus forte que d'habitude des guitares acoustiques. Inutile donc de chercher ici des titres de la trempe de Gasoline, Reconstruction, ou encore Disease et 18. Mais qu'importe. Car la fée électricité n'en a pas pour autant oublié de bénir The New Year, les tempos rapides de X Off Days ou encore The Door Opens nous rappelant, une larme à l'œil, le Transaction De Novo de Bedhead où l'on avait découvert que le groupe savait aussi accélérer.

Ici, tout s'enchaîne comme dans un rêve, tant l'évidence s'impose : si The New Year a décidé de ne pas titrer cet album, c'est sûrement pour laisser de la place à ses auditeurs, comme par pudeur plutôt que par peur d'être incompris. Toujours aussi magistrales, les chansons de The New Year livrent leur angoisses face à l'incertitude et la solitude, celle du corps et celle de l'âme. Toujours est-il que celles-ci ne laisseront pas place au doute fort longtemps : ce disque s'impose comme une évidence dans notre vie, et on sait désormais qu'il nous accompagnera partout où l'on ira. Si l'on n'en attendait pas moins de la part d'un tel groupe, cette réussite incontestable fait chaud au cœur. Et aux oreilles.

Retour haut de page

Pochette Disque The New Year

» Tracklisting

  1. Folios
  2. The Company I Can Get
  3. X Off Days
  4. The Door Opens
  5. MMV
  6. Seven Days And Seven Nights
  7. Sleep Wages
  8. Body And Soul
  9. My Neighborhood
  10. The Idea Of You

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.