The Beastie Boys

Hot Sauce Committee Part II

( Parlophone / EMI ) - 2011

» Chronique

le 22.12.2011 à 12:00 · par Mathieu M.

Lorsqu'en février 1995, il fallu se faire secouer dans tous les sens dans la fosse du Zénith de Paris, au milieu d'une foule complètement électrisée ayant perdu tout contrôle, j'y étais, obligé. En d'autres occasions, je gagnais même les concours de celui qui sautait le plus haut en dansant sur Sabotage, Sure Shot ou encore Root Down, tubes du mythique et inégalé album Ill Communications des Beastie Boys. Ce groupe fait partie de moi, je le surveille donc de près comme une soupe sur le feu.

Avec bientôt trente ans d'existence (si si!!) ce groupe fascinant a su cumuler toutes les qualités : créativité hors norme, énergie redoutable, engagement politique, incorruptibilité artistique... Personne sauf les Beastie Boys n'a réussi, ni même osé passer du punk au hip hop, du groove à l'électro comme ils l'ont fait le long de leur discographie éclectique. Explorer à fond chaque genre, les mélanger et créer quelque chose de nouveau en faisant bouger les têtes. Tout y est.

Avec ce statut amplement mérité de groupe de référence, c'est un peu comme si les Beastie Boys étaient passés dans le domaine public. Quelque chose qui nous appartient tous en partie, comme inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco des groupes cultes. Pour cette raison, on en cause, on en débat, on se l'approprie comme une chose ou un lieu. Mais attention ! : je ne laisserai jamais personne dire du mal des Beastie boys en mon absence et en public. Raison de plus pour le faire moi-même, en ma présence et en privé. Après avoir longuement hésité d'ailleurs parce que critiquer, c'est pas beau.

Mais bon, puisque c'est patrimoine mondial, allons-y : ce nouvel album, sorti en 2011, Hot Sauce Committee Part 2, me procure une drôle d'impression. Celle d'avoir entre les mains et les oreilles une copie bien pâle de l'album révolutionnaire Hello Nasty de 1998. Tout y est : les mêmes morceaux déjantés, les mêmes phrasés énervés, les mêmes grooves, les mêmes sonorités, les mêmes effets et les mêmes instruments. En bref le même concept et les mêmes ficelles mais... en moins bien. En réchauffé, en démodé, en capillotracté. En malhabile, en volubile, en plus futile. Certains y verront pure nostalgie et j'en conviendrai bien volontiers. Mais d'après moi : "Listen All Of Y'all It's A Sabotage".

Enfin c'est vrai quoi ! Mike D, mon idole d'antan est né en 1965 et approche désormais la cinquantaine. Avec ses compères AD Rock et MCA, ces mecs sont passés par tous les styles et toutes les aventures. Avec leurs premiers disques, ils inventaient un genre : le punk-hip-hop-groove foutraque et effervescent et je leur tirais mon chapeau. Avec Ill communications, la perfection et la consécration forçaient mon admiration. Dans la même période, pendant que sortait la compile instrumentale The In Sound From Way Out, mes larmes ont coulé. Puis Hello Nasty ouvrit de nouveaux territoires avec l'arrivée de sons électro et les bras m'en tombèrent. Ensuite, lorsqu'en 2004 sort l'album pur hip hop To The Five Borroughs, je les félicitais de se consacrer à quelque chose de personnel, d'approfondir enfin leur retour aux sources pour ce style et leur ville. En 2007, les trois musiciens nous gratifièrent à nouveau d'un album rock-groove instrumental, The Mix Up et j'applaudis des deux mains. L'aventure continuait.

Aujourd'hui en 2011, sentent ils le besoin de remettre le couvert sur de vieilles recettes usées et dépassées? Secrètement et pour prolonger la magie, je m'imaginais les Beastie Boys vieillissant comme du bon vin en tentant plutôt quelque chose de plus expérimental, de plus calme aussi peut-être, de plus fin, de plus... secret ? Évidemment, la bonne réponse est que c'est simplement moi qui vieillis, et pas eux.

Au final cet album reste quand même du Beastie Boys pur terroir. Certains amateurs seront d'autant moins sourcilleux qu'il nous réserve heureusement quelques pépites à l'image de ce Lee Majors Come Again, un Sabotage moderne. Enfin, fallait-il vraiment attendre quelque chose de nouveau ? Un disque de reprises des Guns & Roses ? Au fil des écoutes nécessaires à cette chronique, je commence même à l'aimer, ce nouveau Beastie.

Eh ho, c'est quand même les Beastie Boys. Alors pas touche.

Retour haut de page

Pochette Disque Hot Sauce Committee Part II

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.