Dirty Three

Toward The Low Sun

( Drag City ) - 2012

» Chronique

le 12.03.2012 à 06:00 · par Mathieu M.

Après pas moins de 7 ans d'absence, le groupe Dirty Three revient. Par la grande porte, large, celle d'un désert rêche et rugueux qui lance ses tourbillons dans les premières notes de ce nouvel album, Toward The Low Sun. Revenir d'une si longue traversée du désert -australien qui plus est!- avec ce premier morceau Furnace Skies est un acte de courage, de fierté et d'identité. Revendiquer que l'engagement artistique restera la priorité.

D'entrée, cette guitare torturée tourne en boucle, presque mal-sainement. La batterie furieuse détruit d'avance toute volonté d'apaisement. Le violon s'accroche, perdu dans la bagarre et donne corps et âme pour rester en surface. Les touches d'orgue hammond n'y feront rien. La tempête sévit et balaie tout sur son passage, irrémédiablement. C'est ce qu'on appelle un retour engagé. Et tant pis si une certaine autre moitié des auditeurs reste noyée, ou ensablée plutôt.

Dirty Three n'est plus un jeune groupe. Ces trois sales (gosses, évidemment!) ont mené ce projet avec fougue et passion de 1992 jusqu'en 2005 et leur album désormais mythique, Cinder. Décidant de mettre le groupe en suspens quelques temps, Warren Ellis (violon) s'en alla rejoindre les Bad Seeds et Nick Cave, y compris avec son projet éphémère Grinderman. Mick Turner (guitare) se concentra sur ses projets solo, musique et peinture. Jim White (batterie) resta dans cette bulle rock si sensible en enregistrant ou en tournant avec Pj Harvey, Chan Marshall, Bonnie 'Prince' Billy ou encore Nina Nastasia à l'occasion notamment d'un album émouvant et unique, You Follow Me. Aucun des trois donc n'a perdu son temps et le retour semble chargé de ces belles expériences enfin remises en commun.

Revenons à l'écoute : après telle entrée et telle tempête, reviennent le calme et le temps de l'état des lieux, avec Sometimes I've Forget You've gone. Surprise, un léger piano émerge désormais des débris, comme la renaissance du défunt violon égaré, autrefois typique du son Dirty Three. Il tente d'apaiser cette batterie aux frontières du free jazz, ce jeu turbulent et flou, toujours en vie.

Arrive ensuite le moment de reprendre la reconstruction avec Moon On The Land et la suite de l'album. Sur des bases solides et saines qui ont jadis fait tant de preuves. C'est le moment que choisit la batterie pour reprendre son rôle rythmique avec ce jeu fourni mais feutré de Jim White, reconnaissable entre tous. Se pose ensuite discrètement la guitare, naïve et mélancolique, qui souvent tient le morceau, le guide. Et ce violon, cette personnalité tantôt discrète et mélodique, tantôt colérique et soliste. A l'extrême sur That Was Was, ce violon au son saturé apporte une touche Lo-Fi à l'ensemble, rappelle même étrangement Dinosaur Jr...

Nous sommes alors loin du morceau suivant Ashen Snow, avec flûte, piano et violons, simplement magique. Il annonce une fin d'album calme et limpide, comme en suspension entre deux mondes.

Mais lesquels? Cet album Toward The Low Sun reste un album difficile d'accès de prime abord. Qui demande de nombreuses écoutes pour être modestement "étudié". Parce qu'au final, chaque morceau a sa couleur, sa propre complexité qui peut déstabiliser. La principale raison est que Dirty Three jouent. Véritablement. Les trois musiciens jouent à se perdre dans ces morceaux hétérogènes où chaque instrument prend une place différente à chaque fois. Rien ne se ressemble parce que batterie, guitare, violon et maintenant piano occupent tous et dans le désordre la place de soliste, de ligne mélodique ou de base rythmique morceau après morceau. Ils jouent parce que leur talent leur permet d'inter-changer les rôles. Ils jouent parce que leur talent leur permet d'exprimer cette beauté inclassable, quelle que soit leur place. Ils jouent parce que leur talent s'exprime individuellement et collectivement.

De grands musiciens peuvent aussi faire un grand groupe. Et ici, un grand disque.

Retour haut de page

Pochette Disque Toward The Low Sun

» Tracklisting

  1. Furnace skies
  2. Sometimes I forget you've gone
  3. Moon on the land
  4. Rising below
  5. The pier
  6. Rain song
  7. That was was
  8. Ashen snow
  9. You greet her ghost

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.