Rodan

Fifteen Quiet Years

( Quarterstick ) - 2013

» Chronique

le 18.09.2013 à 06:00 · par Gaël P.

Un bon remède à la tristesse. C'est probablement ce que ce projet de compilation aura symbolisé aux yeux de Jeff Mueller de Shipping News suite au décès de Jason Noble, l'autre guitariste du groupe et son ami de longue date. Revenir aux années de formation, dans la première moitié des années 1990, avec Rodan - avant donc la constitution de June Of 44 et de Shipping News -, ne pouvait qu'être bénéfique au regard de la nature jouissive de cette musique (son terreau post-hardcore n'y étant pas pour rien). Le groupe n'ayant sorti, à l'époque, qu'un seul album (Rusty en 1994), cette nouvelle livraison posthume, composée entres autres d'inédits et d'une Peel Session (auxquels s'ajoutent des enregistrements live), a le mérite de mieux faire connaître un groupe dont les membres se sont fait respectivement connaître dans leurs expériences musicales suivantes (Tara Jane O'Neil est également présente, officiant principalement à la basse). Cette compilation dévoile aussi certaines particularités d'écriture, en quelque sorte ici en semence, que l'on retrouvera, quelques années plus tard, dans une forme plus aboutie dans les groupes cités plus haut.

L'enchaînement des titres est pour le moins très bien pensé puisqu'il rend compte, progressivement, à l'auditeur de l'évolution de l'écriture du groupe, délaissant les morceaux courts et incisifs pour des déambulations complexes où la rage se fait plus rentrée et plus contenue. Si la discographie de Rodan ne regorgeait que de morceaux rentre dedans, comme c'est le cas des quatre premiers, l'intérêt serait d'ailleurs assez limité. Bien qu'un final comme celui de Tron, avec cette voix suant de violence et sa déflagration noise, n'est pas sans susciter un certain plaisir. Dès ses débuts, le groupe semble heureusement avoir pris conscience de la nécessité d'une ossature plus complexe, jouant sur une tension malsaine toute chargée de fureur. Une formule qui n'est probablement pas sans lien avec la musique de leurs confrères de Slint, originaires de la même ville, Louisville, et qui avaient également délaissé leurs postures plus agressives des débuts, clairement affichées dans Tweez, leur premier album.

La Peel Session, probablement enregistrée en 1994 (dernière année d'existence du groupe), illustre cette évolution de belle manière avec, d'une part, Big Things, Small Things, parfaite coexistence d'un rock noise (dont certains traits peuvent rappeler Sonic Youth) avec un canevas math-rock ; d'autre part, avec les montagnes russes sans fin qui louvoient autour d'un motif mélodique obsédant sur les dix minutes de Before The Train. Parfait exemple d'un désir d'expérimentations, l'instrumental Exoskeleton démontre quant à lui le soin que le groupe prête à la section rythmique et à toutes sortes d'effets de la part des deux guitaristes. Un type de morceau que l'on retrouvera également à divers moments sur le premier album de June Of 44, Engine Takes To The Water, en 1995.

Ceci dit, ce sont pourtant les enregistrements live, disponibles sur le site de Touch & Go à partir d'un coupon fourni dans l'album, qui illustrent le meilleur de Rodan. Ne serait-ce parce que les morceaux y gagnent en spontanéité et que les membres du groupe n'y vont pas de main morte. Rien que la captation de Tooth Fairy Retribution Manifesto à Washington témoigne d'une dimension complètement nouvelle avec des parties de guitare plus entraînantes n'hésitant pas à offrir des ornements qui donnent au morceau une dimension épique rarement atteinte jusque-là. Une formule que l'on retrouve également à l’œuvre sur Big Things, Small Things et son prolongement Martin lors d'un concert à Athens mais dans une veine davantage sombre. Heureuse découverte également que de voir les titres courts se complexifier et s'apparenter alors aux "classiques" de la formation. Ainsi l'interprétation de Darjeeling à Louisville rend compte d'un plus grand soin avec son final lentement égrené à partir d'une ligne de guitare qui développe un délicat motif mélodique. Il ne faudrait pas non plus oublier de citer Wurl, titre que les fans connaissent bien mais qui n'est jamais apparu sur un enregistrement studio, qui allie la fougue des morceaux courts et la progression faites de sonorités lancinantes chère à Rodan (et, à ce titre, la préférence ira à la version de Danbury plutôt qu'à celle de Costa Mesa).

Retour haut de page

Pochette Disque Fifteen Quiet Years

» Tracklisting

  1. Darjeeling
  2. Milk & Melancholy
  3. Tron
  4. Shiner ('92 Version)
  5. Tooth Fairy Retribution Manifesto ('92 version)
  6. Exoskeleton
  7. Sangre (Peel Session)
  8. Big Things, Small Things (Peel Session)
  9. Before The Train (Peel Session)

Bonus

  1. Tooth Fairy Retribution Manifesto (Washington, DC)
  2. Wurl (Danbury, CT)
  3. Big Things, Small Things - Martin (Athens, GA)
  4. Before The Train (Chicago, IL)
  5. Milk & Melancholy (Chicago, IL)
  6. Wurl (Costa Mesa, CA)
  7. Darjeeling (Louisville, KY)
  8. Big Things, Small Things (Washington, DC)
  9. Exoskeleton (Louisville, KY)
  10. Rocket House pre-show (Louisville, KY)

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.