Raajmahal

Raajmahal

( Kelippah ) - 2013

» Chronique

le 15.01.2014 à 06:00 · par Gaël P.

Bien que sa collaboration avec Lawrence English au sein de Slow Walkers puisse inaugurer un bel avenir, Liz Harris ne sera pas parvenu l'année dernière à égaler ses précédents albums avec son projet principal Grouper dont le dernier né, s'écartant des ambiances vaporeuses, dominé par une guitare acoustique, aura été moins convaincant. En l'absence de disques depuis quelques années du côté de Pocahaunted, on aurait donc pu penser que l'héritage slow des Cocteau Twins et du label 4AD s'émoussait quelque peu. C'était sans compter sur ce deuxième album de Raajmahal, groupe américain formé de Carla Baker et de Pat Murano, dont l'essence, sans s'écarter de celle du premier album, réinscrit cet héritage de manière subtile dans une musique repliée sur elle-même, évocatrice d'une expérience spirituelle que seul un degré supérieur de rêverie semble à même d'insuffler.

Reproduisant des structures répétitives proches de celles que l'on peut entendre chez Charalambides et Zelienople, la musique élaborée par le duo s'ancre dans une forme de statisme au sein de laquelle les marges de manoeuvre sont minces, d'où la délicate exécution des variations. Aucun instrument ne prend véritablement le pas sur les autres, toute l'armature faisant corps en modulant certaines parties mais sans que celles-ci se développent plus amplement. Il en résulte ainsi une partie vocale que l'on doit à Carla Baker qui erre plaintivement au lointain sans que les mots puissent être distingués, allant même jusqu'à opter pour une saturation du chant (liée à la technique d'enregistrement vocal). De la même manière, que ce soient les parties de synthés ou celles d'harmonium, réparties entre les deux musiciens, toutes ont pour mot d'ordre d'oublier en quelque sorte leur présence respective. Au sein de cet amas sonore pour le moins sombre, c'est à Pat Murano que revient les passages de guitare cristallins qui viennent magnifier l'ensemble, que ce soit sur le double premier morceau Tishna/Sandhya (pour lequel il faut par ailleurs relever la très belle transition) ou sur Valerian.

Avec un tel canevas, le disque pourrait rapidement s'avérer ennuyeux mais le duo parvient subtilement et discrètement à impulser une dynamique qui fait alterner les morceaux débutant en mode ambient et ceux commençant par un motif mélodique attrayant. En outre, le groupe a également le don de l'étonnement avec le placement d'une reprise complètement méconnaissable, en fin de disque, de I Don't Think I'll Ever Love Another des Darling Dears, groupe de funk américain méconnu des années 1970. Coutumiers du fait - le premier album contenait lui aussi sa reprise, Some Things Just Stick In Your Mind de Vashti Bunyan - , Carla Baker et Pat Murano apposent une nouvelle fois le signe distinctif des amateurs férus de face B et de disques ignorés avec un éclectisme étonnant. Lequel éclectisme est d'ailleurs perceptible sur les sorties de Kelippah Records, label pleinement orchestré par Pat Murano puisqu'il participe à quasiment tous les projets. Un disque et un label hautement recommandables donc.

Retour haut de page

Pochette Disque Raajmahal

» Tracklisting

  1. Tishna/Sandhya
  2. Dianthus
  3. Rusalka
  4. Valerian
  5. I Don't Think I'll Ever Love Another

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.