Courtney Barnett

The Double EP: A Sea Of Split Peas

( House Anxiety ) - 2014

» Chronique

le 10.02.2014 à 06:00 · par Eric F.

Courtney Barnett aura été annoncée un peu partout comme la révélation de la fin d'année 2013, sur la base d'un second ep bourré d'arguments, tout comme son prédécesseur. Puisque la jeune australienne fait bien les choses, les deux eps en question (How To Carve A Carrot Into A Rose et I Have A Friend Called Emily Ferris) se voient ici regroupés sur un seul album, qui n'en fera pas moins office de très bon premier disque, bien que sa maman ne le considère que comme un "bon entraînement".

Du haut de ses 24 ans, Courtney Barnett a d'ores et déjà réussi une synthèse très personnelle de ses coups de cœur musicaux supposés : on retrouve ainsi Nirvana, le Velvet Underground et les Silver Jews (et pas simplement parce que les dessins de la melbournienne rappellent ceux de David Berman) balancés dans le mixer, accompagnés d'un bon pan de la culture lo-fi australienne. Son illustre concitoyen Dan Luscombe (The Drones, Dan Kelly & The Alpha Males) ne s'y sera pas trompé et fait figure d'invité prestigieux en posant ses guitares sur plusieurs titres, également mixés par ses soins.

Même si on est très loin de la rage affichée autant sur scène que sur disque par son groupe, il ne fait aucun doute que Luscombe a pris part au lancement d'une artiste singulière, dont l'espièglerie et la candeur la rendent déjà terriblement attachante. Le constat est éclatant d'entrée de jeu : Courtney Barnett sait écrire des chansons. Et des sacrément bonnes. Exemple évident, le tubesque Avant Gardener et son humour typiquement australien qu'on ne se lassera pas de passer en boucle, ne serait-ce que pour sa rocambolesque apprentie jardinière anaphylactique à la weed. Son moment à la Pulp Fiction dans l'ambulance ("I get adrenalin straight to the heart, I feel like Uma Thurman, post-overdosing kick start") n'étant qu'un exemple de ces nombreuses situations autobiographiques improbables et savamment relatées (Barnett aurait déclaré que tout ce qu'elle raconte dans ce disque lui est vraiment arrivé.) Toutes écrites à la première personne du singulier, les chansons de Courtney Barnett nous font découvrir une artiste déjà bien sûre d'elle, et pas prête à s'en laisser conter ("Just because you're older than me doesn't mean you have to be so condescending" sur Out Of The Woodwork.) Rempli de joints et de relations amoureuses à remous, l'univers de Courtney Barnett est assez singulier pour la démarquer de la concurrence. Si les quelques références sexuelles du disque ont immanquablement mené à une comparaison avec Liz Phair, on est pourtant bien loin d'un numéro à l'exhibitionnisme racoleur.

Si ses qualités d'écriture sont indéniables, Barnett s'en sort également fort bien sur le plan musical. Son groupe aux sonorités légèrement rétro (ah, cette touche de reverb) applique strictement le parti-pris minimaliste, quelques petites envolées noisy mises à part. L'australienne arrive à surpasser le manque de moyens par un enthousiasme et une classe sans failles, à tel point qu'on jurerait entendre un inédit de Creedence Clearwater Revival sur Scotty Says. Aussi à l'aise en salopant la pop sans avoir l'air d'y toucher qu'en prenant le temps d'une douce rêverie (magnifique Porcelain), Barnett et son groupe font déjà preuve d'une entente confondante. Pas vraiment démonstrative vocalement, Courtney Barnett montre qu'elle est tout de même capable d'atteindre des sommets dignes de Neko Case (le final d'Out Of The Woodwork) qui nous laissent penser que l'australienne a encore plus d'un tour dans son sac, et que la suite de ses aventures sera encore plus belle. Il ne fait en tout cas plus aucun doute que Courtney Barnett est devenue notre compagne idéale des samedi soirs. Il ne nous reste plus qu'à trouver le bar où elle officie comme serveuse... mais au vu de ce disque et de l'engouement qu'il suscite, ça ne devrait pas durer.

Retour haut de page

Pochette Disque The Double EP: A Sea Of Split Peas

» Tracklisting

  1. Out Of The Woodwork
  2. Don't Apply Compression Gently
  3. Avant Gardner
  4. History Eraser
  5. David
  6. Anonymous Club
  7. Lance Jr
  8. Are You Looking After Yourself
  9. Scotty Says
  10. Canned Tomatoes (Whole)
  11. Porcelain
  12. Ode To Odetta

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.