Steve Gunn

Way Out Weather

( Paradise of Bachelors ) - 2014

» Chronique

le 05.11.2014 à 06:00 · par Gaël P.

Avec des titres du calibre de Way Out Weather et Milly's Garden, disponibles avant la sortie de son nouvel album, Steve Gunn avait mis la barre très haute, au point pour nous d'espérer tenir là un des grands albums de l'année qui viendrait supplanter son Time Off sorti l'année dernière sur le même label, Paradise Of Bachelors. Au regard de sa production marquée par un écrin constitué aussi bien de lignes de pedal steel, de notes de piano que d'effets discrets de guitare électrique, Way Out Weather agrémentait le style très tranquille de Gunn d'une élégance surpassant le caractère bien plus sobre de Time Off. Quant au motif nerveux et obsédant de la guitare électrique de Milly's Garden, doublé d'un chant davantage lyrique qu'à l'accoutumée, il incarnait la direction d'un folk-rock qui pouvait tenir les mêmes promesses que Lost Colony, superbe EP sorti cette année par William Tyler. Après deux albums de collaboration cette année avec des anciens de la musique folk, Ed Askew et Mike Cooper, l'éventualité d'un nouveau classique du genre était donc permise.

L'écoute intégrale de Way Out Weather aura pourtant un peu déçu. Si l'on a bel et bien affaire à un album de haute tenue constitué d'un traitement sonore très travaillé, lequel comprend des directions tout à fait nouvelles (ainsi notamment l'ambiance cabaret avec chœurs sur l'étonnant Shadow Bros ou l'ambient de perdition de Atmosphere), la répétition symétrique d'une structure avec retours obligés au refrain et au motif central - notamment sur Wildwood, Shadow Bros mais aussi Milly's Garden - semble pourtant fortement limiter l'aisance de déploiement dont Steve Gunn est capable à la guitare électrique. Son plus bel album probablement à ce jour, Ocean Parkway, avec son compatriote John Truscinski, présent également ici à la batterie, est à ce titre tout à fait exemplaire. On aurait aimé ainsi voir davantage de ruptures dans le développement des titres à l'image de Fiction qui laisse sur sa fin l'instrumentation mettre les voiles ; ce que faisait également admirablement bien un morceau comme New Decline sur Time Off.

Au reste, il ne faudrait tout de même pas bouder notre plaisir car cet album sait merveilleusement bien équilibrer la présence de registres sereins et celle de registres hypnotiques. Au-delà de Milly's Garden qui vient redynamiser l'album après un Wildwood plutôt porté vers la plénitude d'une composition façonnée à la Glenn Jones, on trouve en fin de parcours un titre aussi captivant que Drifter agrégeant les indéniables qualités énergiques de Steve Gunn ainsi que Tommy's Congo, envoûtement génial stimulé par une rythmique propre aux enregistrements de musique africaine dont le musicien américain est friand. Sans nul doute, Way Out Weather aurait gagné à assimiler plus effrontément les développements complexes des albums de Gunn-Truscinski Duo tout en maintenant cette production luxuriante et soignée (d'une manière similaire à ce que Cian Nugent a fait avec The Cosmos sur Born With The Caul). Il n'en reste pas moins que, dans l'optique d'un album "standard" de folk-rock basé sur des conventions inhérentes au genre, c'est une belle réussite.

Retour haut de page

Pochette Disque Way Out Weather

» Tracklisting

  1. Way Out Weather
  2. Wildwood
  3. Milly's Garden
  4. Shadow Bros
  5. Fiction
  6. Drifter
  7. Atmosphere
  8. Tommy's Congo

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.