Cian Nugent

Night Fiction

( Woodsist ) - 2016

» Chronique

le 29.01.2016 à 06:00 · par Gaël P.

L'annonce d'un album "chanté" de la part de Cian Nugent aura introduit une petite perplexité sur le devenir de sa musique. Sur l'extraordinaire Born With The Caul, son précédent album où il était accompagné du backing band The Cosmos, le libre déploiement de l'instrumentation offrait des constructions de grande inspiration au sein desquelles la large variété d'instruments se conformait impeccablement à un sens inouï du rythme. On restait confondu devant ce qui s'apparentait à de nouvelles bases du folk-rock tout à fait personnelles. Au sein de cette expérience, le chant était d'ailleurs réduit à quelques paroles (mais quelle apparition!) sur l'immense The Houses Of Parliament, rompu ainsi à être seulement un élément de composition parmi tant d'autres. Comment alors faire coïncider ces qualités avec des titres où le chant aurait un rôle bien plus central ? A ce titre, ce n'est pas le side-project dublinois The #1s, au sein duquel Nugent est parfois chargé des parties vocales, qui aurait pu apporter un élément de réponse : les morceaux, incisifs et courts, orientés power pop avec des relents punk, se détachent très fortement de ses travaux en solo (et, à vrai dire, il semblerait s'agir plutôt d'une musique de potes, avides de se défouler grandement).

L'arrivée de ce Night Fiction inaugurait donc un véritable enjeu dans cette courte discographie mais tellement rondement menée jusqu'à présent. Projeté dans ce registre si fréquenté, l'irlandais, pas encore trente ans, allait-il s'en sortir brillamment avec les honneurs (à la manière d'un Steve Gunn ces dernières années) ou perdrait-il un peu de son aura en tentant si vite une marche perçue comme trop grande pour lui (l'essai de James Blackshaw l'an passé avec Summoning Suns, pas pleinement convaincant au regard de son passif, laissait planer l'ombre de ce risque) ? Quoique plutôt persuasifs, les deux premiers titres rendus publics, Lost Your Way et Things Don't Change That Fast, n'étaient pas parvenu pour autant à atteindre le haut degré de contentement de ceux de Born With The Caul. Leur manquait une certaine forme de panache ainsi qu'un brin de désinvolture. Néanmoins, ces deux titres ne dépassant pas les cinq minutes ne pouvaient pas réellement rivaliser avec les longues formations précédemment élaborées qui tiraient justement leur force de l'addition de registres. Aussi, une telle appréciation revenait à oublier que les disques de Cian Nugent ont toujours eu cette aptitude à la cohérence d'ensemble : un titre, même très bon, ne prend sa réelle dimension et même son sens qu'au sein d'un ordonnancement particulier. L'entièreté de l'album aura eu raison de ces doutes.

Loin d'être une succession en bonne et due forme de compositions classiques de folk-rock, Night Fiction laisse ainsi au contraire suffisamment d'espace au développement et à l'instrumentation pour que l'adaptation à ce nouveau format soit réussie. Et, gage de continuité, on retrouve ici en renfort l'ensemble des membres de The Cosmos avec Ailbhe Nic Oireachtaigh (violon), Brendan Jenkinson (clavier et piano), David Lacey (batterie) qui sont rejoints par Conor Lumsden (basse). Au regard de l'expérience commune, la formation se laisse aller aisément à une envoûtante formule, sorte de redistribution des atouts du précédent opus. Dès la troisième piste, Shadows, brillant exercice de langueur étirée, l'album plonge ainsi doucement dans une accalmie particulièrement étonnante. Vingt minutes plus tard, après notamment un beau Nightlife rappelant l'aspect apathique du Smog des années 1990, une soudaine énergie galvanise à nouveau l'auditeur : tranquillement adouci par cette belle musique somnolente, ce dernier n'aura pas anticipé la progressive élévation de Year Of The Snake dont la quintessence se situe entre un héroïsme à la Chris Forsyth & The Solar Motel Band et un hypnotisme à la Black Twig Pickers. Dans tout ça, que dire du chant ? Simple, sans manières, il semble tellement familier que l'on en oublie sa nouveauté.

Retour haut de page

Pochette Disque Night Fiction

» Tracklisting

  1. Lost Your Way
  2. First Run
  3. Shadows
  4. Lucy
  5. Things Don't Change That Fast
  6. Nightlife
  7. Year Of The Snake

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.