Chris Forsyth & The Solar Motel Band

The Rarity of Experience

( No Quarter ) - 2016

» Chronique

le 02.05.2016 à 06:00 · par Gaël P.

Que l'on soit familier ou non des aventures de Chris Forsyth avec le Solar Motel Band ne change pas grand chose au fait que ce nouvel album, The Rarity Of Experience, constitue une épreuve pour le moins ardue. On a beau multiplier les approches, l'objet se dérobe à chaque fois à notre emprise : impossible de l'appréhender comme un tout ordonné et même d'en retirer un plaisir conforme à ce que l'on en attendait. Ce n'est pas tant l'étirement de la durée d'écoute - un peu plus d'une heure dix - par rapport au cadre discographique standard que l'enchaînement de titres élaborés à chaque fois d'une façon différente ainsi que le refus de céder à des moments de bravoure qui en sont la cause. A n'en pas douter, l'idée aura été ici de dépasser les schémas confortables des deux premiers albums malgré toute la réussite que ces derniers représentaient. Que Chris Forsyth introduise le chant dans l'univers du groupe sur trois titres de l'album témoigne également de cette mise en danger convoquée en toute conscience.

De ce point de vue, il faut préciser que le groupe a passé plus de temps qu'à l'accoutumé en studio, délaissant ainsi quelque peu sa spontanéité habituelle au profit d'une exploration de voies largement perméables aux imprévus. Cette nouvelle disposition semble d'ailleurs avoir été encouragée par Nick Millevoi, musicien pour le moins sensible aux assemblages composites et aux structures ouvertes (comme en témoigne ce titre de son prochain album) et qui remplace ici Paul Sukeena à la guitare. Pour davantage de commodité, l'auditeur pourra malgré tout scinder l'album en deux entités, Forsyth affirmant de son propre aveu que les deux disques étant comme le regroupement de deux albums en un même objet matériel. Sur la première, les membres du groupe, à partir d'un canevas rock énergique et virevoltant, plutôt proche du pôle Television, s'adonnent à un joyeux défouloir. Sur la seconde, on revient par contre à des structures plus aérées et plus progressives, entre revival post-rock et orientations ambient telles que Forsyth a pu les expérimenter l'année dernière avec Koen Holtkamp sur The Island.

Qu'il y ait à boire et à manger sur The Rarity Of Experience n'étonnera donc personne au regard de cette dispersion exploratoire. Moins cruciale pourra ainsi apparaître la première partie de l'album où, en dépit d'une intensité sans cesse déployée, rien de vraiment mémorable ne subsiste, hormis High Castle Rock. Contrairement aux titres qui l'ont précédé, celui-ci parvient à extraire de cette matière tumultueuse quelques développements particulièrement bien amenés, comme en témoigne le surgissement d'un attractif gimmick en cours de route, prélude à un emballement faisant feu de tout bois. Si ce morceau semble au-dessus de la mêlée, cela tient également au fait que la musique du groupe a toujours été nettement plus captivante sur des formats longs où les intervalles étaient souvent l'occasion d'inventifs redéploiements - qu'on se rappelle notamment Solar Motel Part III sur Solar Motel ou The Ballad Of Freer Hollow sur Intensity Ghost.

Bien heureusement, la deuxième partie de The Rarity Of Experience concède davantage de temps à de pareilles manifestations. Inspiré du célèbre documentaire de Robert Frank sur les Rolling Stones, The First Ten Cocksucker Blues, remake d'un titre apparu initialement sur l'album solo de Forsyth, Kenzo Deluxe, livre une tension toute rectiligne qui trouve son contrepoint idéal dans la respiration fiévreuse de la trompette de Daniel Carter, un acteur bien connu de la scène jazz de la côte est. Réincarnée dans le post-rock en tout point parfait de Old Phase, cette raideur trouve finalement son émancipation dans la reprise de Richard Thompson, The Calvary Cross, dont l'admirable solo, tout en subtiles avancées successives, ne peut que raviver l'enthousiasme des fans de la première heure. Que le Solar Motel Band s'essaie à de nouveaux horizons, plus ou moins convaincants, n'est donc en rien préjudiciable à ce qu'il sait faire de mieux, au point où la formule du prochain album trouvera sans nul doute un accommodement plus efficace.

Retour haut de page

Pochette Disque The Rarity of Experience

» Tracklisting

  1. Anthem I
  2. Anthem II
  3. The Rarity Of Experience Pt 1
  4. The Rarity Of Experience Pt 2
  5. High Castle Rock
  6. Harmonius Dance
  7. The First Ten Minutes Of Cocksucker Blues
  8. Boston Street Lullaby
  9. Old Phase
  10. The Calvary Cross

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.