Papa M

Hole of burning alms

( Domino / Pias ) - 2004

» Chronique

le 05.03.2004 à 00:00 · par Antoine D.

Ceux qui ont vécu sur Mars ces dernières années l’ignorent peut-être, mais David Pajo est un pilier de la scène rock de Lousville/Chicago : membre fondateur de Slint, puis collaborateur de Tortoise, Bonnie "Prince" Billy, Pullman, The for carnation, Mogwai, Matmos et... Zwan (eh oui, les faux pas, ça arrive à tout le monde, même aux meilleurs). Depuis 1995, ce touche à tout (guitare, basse, batterie, percussions, piano, banjo, sitar...) mène parallèlement une carrière solo prolifique, sous différents pseudonymes : M is the thirtheenth letter, M, Aerial M, et ces dernières années Papa M. A l’heure où il enchaîne les EPs (six sont sortis entre mars 2003 et mars 2004), voici venue cette compilation de b-sides et autres raretés intitulée Hole of burning alms, une rétrospective centrée sur la période 1995-2000. Une initiative à saluer, puisque la plupart de ces titres figurent sur des disques aujourd’hui épuisés.

La tracklist suivant un ordre chronologique, c’est donc par les deux titres de l’EP M is the thirtheenth letter que débute Hole of burning alms : écrits en 1995, Safeless et Napoleon font d’ailleurs figure de trait d’union entre deux époques, puisque l’on ressent nettement sur les riffs abrupts et froids du premier tout l’héritage issu de Slint, tandis que le second apparaît comme une belle introduction aux premiers albums de Mogwai. Ce savoir faire né chez Slint et qui influença considérablement le rock des années 90, David Pajo le met en lumière de façon moins austère sur les deux titres suivants : Vol de nuit (tiré d’un Split EP avec Monade, sorti en 1996) puis Wedding song n°3 (tiré de l’EP M is... sorti en 1997 sous le nom d’Aerial M), un titre pertinent basé sur des alternances accélérations/décélérations, qui fut l’objet par la suite de plusieurs remixes (Post global music, 1999). Il est clair que sur ces quatre premiers morceaux, Pajo se sent comme un poisson dans l’eau, et s’il livre des titres très efficaces dans ce domaine où il excelle, on ne pourra pas en dire autant de sa première incursion dans l’électronique (Moutains have ears, 1997) qui manque cruellement de créativité et dont le côté répétitif s’avère particulièrement ennuyeux.

Après cet intermède à base d’électronique, Vivea (1998) reprend les éléments classiques (batterie, guitare) auxquels Pajo adjoint le piano pour aboutir à une belle réussite emprunte de mélancolie. C'est alors dans le son de la basse que l'on ressent son passage chez Tortoise, une influence qui sera d’autant plus affirmée sur le superbe She said yes (1999). On notera par ailleurs la présence de Last caress (1998), une étonnante reprise des Misfits, puisque c’est avec une guitare acoustique minimaliste et une voix timide que Pajo dresse l’antithèse absolue de ce titre aux origines hardcore.

Devenu Papa M en 1999, on commence alors à mieux percevoir les différents terrains de jeu de David Pajo. Ces différents visages apparaissent d’ailleurs sur les treize minutes de Travels in constants (sorti en 1999 chez Temporary residence) dans une qualité hétérogène, le titre s’ouvrant sur quatre minutes d’electro barbante, avant de glisser vers une phase atmosphérique et contemplative à la guitare, pour finalement s’achever sur une partie chant/guitare acoustique enregistrée au clair de lune (des convictions qu’il mettra plus en avant par la suite, en 2001 sur Papa M sings par exemple). Pour voir Pajo marquer des points dans son passage de l’électrique vers l’acoustique, c’est sur Up North Kids n°2 (1999) qu’il faut se pencher, puisque c’est un véritable petit bijou mêlant basse, guitare et banjo qu’il signe ici, annonciateur de sa grande réussite folk qu’est l’album Whatever, mortal (2001). Arrive ensuite Turn turn turn (2000), la surprenante reprise des Byrds: planante, ensoleillée, elle insuffle un grand vent de liberté sur plus de seize minutes.

Au regard de la qualité remarquable de l’ensemble, tant dans l’acoustique que dans l’électrique, on pardonnera aisément à David Pajo ses quelques faux pas électroniques. Hole of burning alms reste une rétrospective hautement recommandée, aussi bien pour les fans que pour ceux qui désireraient s’initier. Voilà désormais quinze ans que David Pajo déborde d’activité, et la qualité étant régulièrement au rendez vous, on peut se demander si dans quelques décennies, il n’y aura pas des "anthologies David Pajo", un peu à l’image de ces luxueux coffrets sortis ces dernières années et consacrés aux génies du jazz... car il est bien évident que David Pajo a la trempe d'un génie.

Retour haut de page

Hole of burning alms

» Tracklisting

  1. Safeless
  2. Napoleon
  3. Vol de Nuit
  4. Wedding Song No. 3
  5. Mountains Have Ears
  6. Vivea
  7. Last Caress
  8. Travels in Constants
  9. Up North Kids No. 2
  10. She Said Yes
  11. Turn Turn Turn
  12. Xmas 1997

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.