Neil Young and Crazy Horse

Greendale

( Reprise ) - 2003

» Chronique

le 29.09.2003 à 12:00 · par Eric F.

Entre les rééditions cd de vieux vyniles (On The Beach, America's Stars & Bars, Reactor & Hawks & Doves), les sorties dvd et ce nouvel album, le moins que l'on puisse dire c'est que Neil Young revient en force ! Ceux qui craignent une simple opération marketing en seront pour leur frais, même si leur craintes peuvent paraître légitimes : le canadien n'avait pas vraiment rassuré entre un Silver & Gold mi-réussi et un Are You Passionate franchement décevant, seule une magistrale prestation à Bercy il y a deux ans avec son Crazy Horse avait permis d'entretenir l'espoir. On a ici un retour par la grande porte tant ce Greendale est dense et séduit. Mais avant d'en dire quoi que ce soit, des explications s'imposent : Greendale est un concept album sur la vie de la famille Green, qui habite donc Greendale. Bande originale sortie avant le film (réalisé par Neil young lui-même sous le pseudo de Bernard Shakey), ce disque s'impose largement sans les images tant l'histoire est travaillée à travers les morceaux qui se succèdent. Le magnifique livret est d'ailleurs riche en indications bien utiles pour en comprendre plus.

Il va sans dire qu'une bonne compréhension de l'anglais ne sera pas superflue, sous peine de passer à côté de bien des choses. Le disque s'ouvre par un Falling From Above extrêmement efficace avec un son identifiable entre mille et ce fameux riff renvoyant directement au grand Barstool Blues, voire à Buffalo Springfield Again. Que ce soit bien clair : après toutes ces années, on ne demande pas de l'innovation, juste de bonnes chansons, et Greendale en compte un bon paquet ! On est donc loin d'un disque qui surprend, le Loner n'hésitant d'ailleurs pas à se moquer de lui même, que ce soit dans le livret ou les paroles, comme celles de Falling From Above : "Seems like that guy singing this song has been doing it for a long time. Is there anything he knows that he ain't said ?". On sent également quelques clins d'oeil musicaux, Charmicael (du nom d'un policier assassiné par un Green dans l'histoire) tire son intro de Dead Man et constitue un des sommet de ce disque, tout comme on a déja pu entendre l'orgue de Bringing Down Dinner qui était déja présent sur Mirrorball. Sauf que cette fois ci, la rythmique est là pour l'accompagner. Et c'est d'ailleurs une parfaite occasion pour souligner à quel point le Crazy Horse est un groupe sous-estimé, car si ses compétences en tant que groupe de rock and roll ne sont plus à prouver, il est trop rarement dit que le groupe éxcelle également sur les titres acoustiques, comme sur Bandit ou les titres downtempo.

Et pour une fois, on a même le droit à un titre mélangeant folk et rock, à savoir le merveilleux Leave The Driving où l'harmonica cotoie une classieuse guitare électrique en son clair. On retrouve également un bon vieux boogy blues de derrière les fagots, Double E, qui peine tout de même à convaincre, mais ça sera bien le seul. Le son a une grande fraicheur aux senteurs de prise directe, ce qui est tout à fait volontaire : Le guitariste Franck "Poncho" Sampedro a d'ailleurs fait les frais de cette quête d'authenticité puisqu'il n'y avait de place que pour un guitariste sur ce disque. Fidèle à son rythme d'écriture infernal, chaque titre a été enregistré en une journée, "papy" écrivant les paroles sur le chemin du studio. C'est ainsi qu'il parait presque aussi désarconné que l'auditeur quand grand père Green décède ! On oserait presque faire une comparaison entre ce disque et le Ragged Glory qui avait remis le canadien sur selle après une décennie 80 peu inspirée tant on sent ses batteries rechargées : un seul titre en dessous des 5 minutes, plusieurs s'étirant au dessus de 10. A considérer comme un tout plutôt que comme un disque composé de titres indépendants, Greendale risque de vous prendre un bon nombre d'écoutes avant de pouvoir en faire le tour. Comme Neil Young le disait lui-même dans I'm The Ocean : "People my age they don"t do the things I Do".

Retour haut de page

Greendale

» Tracklisting

  1. Falling from above
  2. Double e
  3. Devils sidewalk
  4. Leave the driving
  5. Carmichael
  6. Bandit
  7. Grandpa's interview
  8. Bringin' down dinner
  9. Sun green
  10. Be the rain

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.