Sonic Youth

Dirty Deluxe

( Interscope ) - 2003

» Chronique

le 18.08.2003 à 12:00 · par David P.

La réédition de Dirty porte bien son nom, il est effectivement question de luxe pour payer si cher un tel objet.

Quels sont les arguments marketing pour vendre ça aux fans? Remasterisation, livret écrit par Thurston Moore Lee Ranaldo et Byron Coley, l'intégralité des faces B de cette période, et enfin des inédits.

Sur le papier, ça peut sembler alléchant mais reprenons point par point.

La remasterisation.

Il s'agit bien évidemment d'un point très positif. C'est qu'en 1992, chez Geffen, ils n'avaient pas beaucoup d'argent pour leur nouveau petit poulain. Surtout pour un groupe qui était attendu par tous comme étant "the next big thing" grungy. Alors forcément, l'enregistrement fut bâclé. Un inconnu du nom de Butch Vig aurait produit le disque, Andy Wallace l'aurait mixé. Le tout dans un minuscule studio bien sûr, et à la va vite. On comprend mieux la qualité du son. Si on y ajoute que le mastering fut réalisé par Howie Weinberg, homme connu pour ses masterings bon marché accessibles a tous les petits groupes comme U2, les Smashing Pumpkins, Tricky, Jon Spencer, Nirvana, Oasis, Bjork, etc...

On ne peut donc qu'applaudir des deux mains cette volonté d'essayer autant que possible de rafraîchir un son si vieillot.

Le livret.

Plutôt bien foutu, sans ironie de ma part. Il est vrai que l'on n'apprend rien de la part de Mr Moore et de Mr Ranaldo, mais le texte de Coley est réellement intéressant pour tout fan qui se respecte. Apres, on peut regretter l'absence de la photo mythique qui fut censurée à l'époque. Décevant pour une édition ultime.

Les faces B.

Deux problèmes et demi. Déjà, elles sont toutes en téléchargement gratuit sur le site officiel du groupe depuis plus d'un an. L'édition de luxe s'adressant plutôt aux fans, il serait étonnant que beaucoup de fans ne les aient pas déjà toutes.

Deuxième problème, elles sont vraiment très moyennes. Quelques reprises bâclées(comprendre sans la touche Sonic Youth, étant toutes jouées avec des guitares aux accordages standards, se satisfaisant généralement de jouer les accords basiques de l'accompagnement sans rien ajouter de spécial) et des faces B qui ne l'ont pas été par hasard. Sauf Genetic bien sûr, une des meilleures chansons de Lee Ranaldo pour beaucoup de fans... manque de chance, il s'agit d'une version tronquée avec une intro plus courte.

Les inédits.

Essentiellement des versions instrumentales de morceau de Dirty avec un côté un peu plus noisy. Ils ont eu la bonne idée de mettre trois versions demo de Wish Fullfilment pour montrer l'évolution d'un morceau durant sa phase de composition. Mais ça reste dans l'ensemble très anecdotique, il n'y a pas dans ces inédits de petites gemmes qui seraient passées à travers les mailles du filet.

Dirty Deluxe est bel et bien un luxe pour fan. Beaucoup d'anecdotique et rien de vraiment nouveau. À 28€, c'est très dispensable, même pour les fans.

Retour haut de page

Dirty Deluxe

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.