Jack Rose

Two originals of...

( VHF ) - 2004

» Chronique

le 01.10.2004 à 06:00 · par Antoine D.

Membre fondateur du trio Pelt il y a maintenant dix ans, Jack Rose mène depuis 2002 une carrière solo centrée sur la guitare acoustique, à six ou douze cordes. Two originals of regroupe deux vinyles originellement pressés en très faible quantité et aujourd’hui épuisés: Red horse, white mule (2002) et Opium musick (2003), deux révélateurs d’un parcours durant lequel il a emprunté les chemins du blues, du folk et de la musique orientale...trois mouvements que le grand John Fahey explora en son temps.

Et la route fut pour le moins atypique: durant l’année qui a séparé l’enregistrement de ces deux disques, Jack Rose a reçu une initiation (qui tient en fait d’une véritable cérémonie secrète) au ragtime, un style créé par des pianistes de la fin du 19ème et qui devint rapidement un courant d’inspiration majeur pour le jazz au début du 20ème, avant d’être ensuite adapté à la guitare et repris dans le blues. Rose enregistre alors Dr Ragtime, puis Opium musick en forme d’hommage à son mentor, le Dr Red, décédé peu de temps après ce rituel initiatique. L’histoire sonnerait presque comme une légende vaudou ou une quête mystique, mais elle symbolise avant tout son respect pour les traditions musicales doublé d’une volonté de perpétuer le son des pionniers.

Dès l’ouverture, son toucher pur et harmonieux ne tarde pas à se révéler, il est à associer à une force charismatique grâce à laquelle il développe des compositions nuancées dans les émotions qu’elles transmettent, de la mélancolie à la contemplation, suivant en permanence le fil d’une intensité extrême. De Red horse à White mule, Jack Rose mène sa monture habilement, jouant sur la cadence, il la porte du trot au galop pour atteindre des dénouements poignants. Il surprend par ailleurs dans son aptitude à se forger un jeu très personnel, parvenant à insuffler une grande modernité aux morceaux tout en conservant les bases d’un style musical décidément éternel. Dark was the night, cold was the ground de Blind Willie Johnson semble ainsi traverser les ages: repris l’an dernier par Marc Ribot pour The soul of a man, par Ry Cooder il y a quinze ans pour Paris, Texas, ce standard se voit ici interprété par Rose. De la seconde partie, on retiendra tout d’abord Yaman blues, un titre inspiré de la musique indienne sur lequel Rose superpose sa guitare aux nappes dronesques du tanpura de son partenaire de Pelt, Mike Gangloff. C’est ensuite autour de Glenn Jones (Cul de sac) de rejoindre Rose sur Linden Ave stomp pour ce qui constitue probablement la pièce la plus inspirée du ragtime. Enfin, certains titres plus modernes, tels que Hide the whiskey et Black pearls l’inscrivent aux côtés de certains de ses contemporains, de Steffen Basho-Junghans à Ben Chasny (Six organs of admittance), dans la longue lignée des bâtisseurs d’une musique aussi intemporelle qu’universelle.

Retour haut de page

Two originals of...

» Tracklisting

  1. Red Horse
  2. Dark was the Night, Cold was the Ground
  3. White Mule
  4. White Mule II
  5. Hide the Whiskey (blues for the Colonel)
  6. Yaman Blues
  7. Linden Ave Stomp
  8. Mountaintop Lamento
  9. Black Pearls

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.