Clogs

Stick music

( Talitres ) - 2004

» Chronique

le 28.09.2004 à 06:00 · par Antoine D.

Les deux précédents albums de Clogs avaient inscrit cette formation américano-australienne dans la longue lignée de groupes néo-classiques (Rachel's, Threnody ensemble, Tin Hat trio, Max Richter, Boxhead ensemble...), pratiquant ce que l'on pourrait appeler la "musique de chambre avec les fenêtres ouvertes", car si ces compositions reposent sur une base classique, elles sont toujours promptes à accueillir les croisements de styles musicaux. Chacune de ces formations possèdent ses caractéristiques propres, mais Clogs manifeste depuis ses débuts une certaine singularité dans ses choix instrumentaux, offrant notamment une place de choix aux percussions et au basson, un instrument malheureusement trop souvent confiné aux larges ensembles orchestraux.

Ce troisième album marque un changement de cap puisqu'il est axé sur le duo constitué par Bryce Dessner (The national) et Padma Newsome (lui-même arrangeur des cordes sur l'album Sad songs for dirty lovers), ici rejoints par trois invités : Jennifer Choi (violon), Timothy Feeney (percussions) et Erik Friedlander (violoncelle), auteur l'an passé de Maldoror, un album sorti chez Brassland (label où l'on retrouve Clogs et The National... comme le monde est petit). Le résultat rappelle justement l'album de ce dernier dans la mesure où Clogs se focalise ici sur un exhaustif exercice de style dédié aux cordes : pincées, tendues, triturées ou laissées libres pour le développement mélodique, elles sont soumises tout au long de ces neuf pistes à des traitements très variés.

Ce resserrement sur les cordes est de prime abord synonyme d'une complexité intrinsèque, faisant de ce Stick music un disque moins immédiat que ses prédécesseurs, certainement plus exigent dans ses prises de positions et dégageant une atmosphère plus noire et étriquée. Néanmoins, au fil des écoutes, la musique de Clogs se laisse apprivoiser, essentiellement grâce à son ouverture d'esprit et à ses regards pointés vers différents courants musicaux : musique traditionnelle européenne et orientale, tout en lorgnant aussi du côté de la musique contemporaine. Ainsi, tout d'abord en arrière plan sur Pencil stick puis de façon beaucoup plus affirmée sur Beating stick, Clogs a recours aux séquences répétitives en oscillation si chères à Steve Reich et à son Music for 18 musicians, dans un jeu ici basé sur le pizzicato ainsi que sur des contacts succincts entre l'archet et les cordes. Ensuite, sur le bien nommé River stick, la guitare vient flotter sur un ensemble de cordes qui récrée l'illusion d'un flux éternel, au débit irrégulier, rappelant ça et là ce que David Jackman avait réalisé artificiellement sur son album Verhalte Dich ruhig (par un système de collages d'enregistrements d'orchestres).

Par ailleurs, Clogs invite une fois de plus les percussions qui ont constitué l'un de ses véritables points forts par le passé (derbouka, calypso et batterie participaient pertinemment à l'album Thom's night out) : ici, elles apparaissent très largement sur le titre Sticks & nails, par des interventions très évolutives, évoquant même parfois le son du Gamelan. D'autre part, le temps d'un intermède malheureusement trop court (Lady go, à peine deux minutes), Padma Newsome vient ajouter sa voix aux instruments, comme ce fut sporadiquement le cas sur les précédents opus (quelques choeurs rarissimes sur I'm very sad en 2001 et un morceau chanté (Gentler we) sur Lullaby for Sue). On regrettera ici que cette apparition vocale ne soit que furtive, puisqu'une fois de plus le mariage est une belle réussite et l'on ne pourrait donc qu'encourager le groupe à renouveler l'expérience plus souvent. Soulignons enfin la belle complicité entre la guitare et le couple violon-violoncelle, qui vient étoffer un peu plus encore le langage très développé de l'album.

De par la concentration que Stick music effectue sur les cordes, on pouvait redouter un certain renfermement mais le groupe s'en est finalement affranchi en proposant des approches très diversifiées, tout en suivant un fil conducteur qui rend l'ensemble homogène et cohérent. Sur des variations pleines de subtilité, Clogs livre ses compositions avec un certain goût pour l'innovation, sans oublier toutefois d'inculquer une force évocatrice à sa musique, à travers des ambiances angoissées, mystérieuses, rêveuses ou nostalgiques.

Retour haut de page

Stick music

» Tracklisting

  1. Ananda Lahari
  2. Pencil Stick
  3. Sticks & Nails
  4. Beating Stick
  5. Lady Go
  6. River Stick
  7. My Mister "Never Ending Bliss"
  8. Witch Stick
  9. Pitasi

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.