The Dead Texan

The Dead Texan

( Kranky / Southern ) - 2004

» Chronique

le 07.11.2004 à 06:00 · par Antoine D.

C'est toujours avec un plaisir non dissimulé que l'on retrouve Adam Wiltzie, lui qui au sein de Stars of the lid (en compagnie de son éternel camarade Brian McBride) a bâti une discographie d'exception ces dix dernières années dans le domaine de l'ambient et du drone. Stars of the lid n'a d'ailleurs cessé d'évoluer au fil des disques, délaissant quelque peu les ambiances les plus imprégnées de l'univers de Lynch et de Badalamenti, pour se diriger lentement vers des atmosphères plus lumineuses, tout en ayant recours à une orchestration plus étendue afin d'insérer des contributions mélodiques. Si cette évolution s'était confirmée en 2000 chez Aix Em Klemm (collaboration avec Bob Donne de Labradford), ce premier album de The Dead Texan s'inscrit dans la continuité et apporte parallèlement son lot de nouveautés. La patte de Wiltzie est ainsi largement décelable, qu'il s'agisse de l'attention portée au son, de la constante recherche du calme et de l'apaisement, de l'incorporation récurrente de nappes en flux et reflux, ou de ses choix ouverts en matière d'instrumentation (guitares, basse, cordes, claviers...). Autant d'éléments qu'il avait par ailleurs affiché à travers des participations plus ponctuelles : un temps membre de Windsor for the derby, ingénieur son en studio (pour Bedhead) ou sur des tournées (Mercury Rev, Flaming lips).

Loin des plages étendues de Stars of the lid, The Dead Texan évolue sur des formats plus courts, inspirés de la musique de films et de la musique de chambre: un croisement des genres imprimé par les cordes et la guitare (tantôt acoustique, tantôt électrique), et que l'ambient vient superbement élever par vagues successives, dans des décors qui semblent habités par le spectre de Brian Eno, ou, pour prendre une référence plus contemporaine, de Max Richter. Le piano quand à lui occupe principalement le centre de l'album, dans des teintes évoquant Erik Satie (Aegina Airlines), tandis que le chant, évanescent, se dépose sur des couches chaleureuses et s'évapore presque instantanément (Glen's Goo, The struggle). Naturellement évocatrice, la musique d'Adam Wiltzie semble par ailleurs irrémédiablement liée au domaine de l'image: si Stars of the lid avait collaboré par le passé avec le vidéaste Luke Savisky puis avec le peintre Jon McCafferty, c'est ici au tour de Christina Vantzos de s'associer au projet Dead Texan via le DVD qui accompagne le disque. Particulièrement homogène dans sa construction, séduisant par ses qualités esthétiques irréprochables, l'album s'appuie avant tout sur la présence même de Wiltzie, sur cette force innée qui lui permet en l'espace d'une seule note de saisir l'essence de l'instant ou de suspendre l'écoulement du temps. Et finalement, on retiendra de ce premier opus du Dead Texan qu'il se sera placé en candidat de choix pour attendre, en toute quiétude, le retour imminent de Stars of the lid.

Retour haut de page

The Dead Texan

» Tracklisting

  1. The Six Million Dollar Sandwich
  2. Glen's Goo
  3. A Chronicle of Early Failures, Pt 1
  4. A Chronicle of Early Failures, Pt 2
  5. Taco Me Manque
  6. Aegina Airlines
  7. When I See Scissors I Can't Help But Think of You
  8. Girth Rides a (Horse)
  9. La Ballade d'Alain Georges
  10. Beatrice Pt 2
  11. The Struggle

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.