Charlie Parr

King Earl

( Misplaced Music ) - 2004

» Chronique

le 16.12.2004 à 06:00 · par Antoine D.

Voilà une démarche bien singulière dans le paysage musical actuel que celle adoptée par Charlie Parr sur King Earl. En l'espace de quelques minutes (voire de quelques secondes), les penchants de ce musicien basé à Duluth se révèlent au grand jour: le folk et le delta blues des pionniers, une influence centrale qui transparaît largement au sein de sa musique, au point de jouer un surprenant rôle de trompe l'oeil. Les treize titres de cet album pourraient en effet aisément se faire passer pour des standards tout droit sortis des années 20, mais pourtant -à l'exception de deux titres traditionnels réarrangés- ces compositions ont été écrites en 2003. Et le choix de cette orientation "roots" ne se limite pas seulement à l'écriture, il s'avère pleinement assumé, et ce jusque dans la production. Enregistré en field recording (une enfance nourrie aux enregistrements d'Alan Lomax, ça donne des idées), ce disque au son poussiéreux écarte radicalement tout subterfuge pour mieux célébrer l'authenticité.

Dans ce contexte où la tricherie est totalement exclue, King Earl suscite alors une interrogation: comment un tel disque peut-il encore voir le jour en 2004 alors que l'on pourrait penser que le genre a été visité de fond en comble il y a presque un siècle ? Pour y répondre, sans doute faut-il s'intéresser de plus près à ce personnage, lui qui côtoie les exclus du rêve américain, lui dont les sources d'inspiration ont traversé la Grande Dépression. Il ne s'agirait pas de pas voir en des titres tels que 1917 ou V8 Ford Blues Pt 2 les traces de préoccupations obsolètes, car les thèmes abordés par Charlie Parr restent terriblement d'actualité, évoquant un milieu sauvage et rongé par les inégalités, où l'errance est bien souvent le seul recours (Reverend eviction's blues, King Earl...). Musicalement parlant, il suffit par ailleurs de constater à quel point l'oeuvre des grands noms du genre surmonte sans accrocs les épreuves du temps, à travers des reprises (se référer encore récemment à celles de Jack Rose) ou via les rétrospectives opérées par des labels comme Dust-to-Digital ou Revenant (Charley Patton, Dock Boggs, les anthologies de Harry Smith...), pour s'apercevoir que ce son, à l'image du jazz ou de la musique classique, a atteint un statut intemporel, voué à vous parler pour l'éternité.

Sur la base des notes poignantes de sa guitare, de sa voix qui vous prend aux tripes et au rythme de son pied qui bat la mesure, Charlie Parr signe treize titres qui feront sûrement office de bons vieux standards d'ici quelques décennies. Et à vrai dire, même l'année de sortie, King Earl apparaît d'ores et déjà comme un (très grand) classique. Magique !

Note: Un bon moyen pour découvrir Charlie Parr est de se rendre sur le Live Music Archive d'Archive.org, qui propose un superbe enregistrement (soundboard) d'un concert de 2003.

Retour haut de page

King Earl

» Tracklisting

  1. Worried Blues
  2. Possessed By The Devil
  3. Union Tramp
  4. Reverend Eviction's Blues
  5. Miner's Lament
  6. V8 Ford Blues Pt. 2
  7. King Earl
  8. Ode To A New Dealer
  9. Mule Rider
  10. 1917
  11. Jefferson Street Express
  12. West Bank 10 String Rag
  13. Worried Blues

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.