Bikini Atoll

Moratoria

( Bella Union ) - 2004

» Chronique

le 09.02.2004 à 00:00 · par Antoine D.

Moratoria est le premier album de Bikini Atoll, quartet basé à Londres et signé chez Bella Union, qui doit son nom à cette île du Pacifique utilisée dès les années 40 par les américains pour y pratiquer des essais nucléaires. Une alternance entre un son massif et des mélodies en douceur, alliée à une certaine noirceur dans les textes sont les premiers traits caractéristiques de cette formation emmenée par Joe Gideon (guitare, voix) et complétée par sa sœur Viva (claviers, électronique), un batteur (Che) et un bassiste (Bastian Juel).

Les deux titres instrumentaux reflètent la capacité de Bikini Atoll à inculquer une dynamique puissante, à travers des riffs entraînants (Moratoria) et une section rythmique imposante où la batterie détonante est soutenue par de solides lignes de basse (Black dog). Assuré par Viva, l’usage varié de l’électronique et des claviers est un élément dont on ne peut que se féliciter : émanation de quelques notes de piano en arrière plan sur le contemplatif Black river falls, nappes atmosphériques sur Clear water gravity ou encore effets plus orientés "indus" sur Black dog. Par ailleurs, le son de Moratoria, que l’on pourrait apparenter à diverses formations post rock, tire un réel bénéfice du timbre de voix de Joe Gideon : le chant offre ici une belle singularité, contraste avec l’austérité de certaines compositions, ou vient encore apporter un surplus d’efficacité sur l’astucieux dédoublement vocal de Cinnamon.

L’ensemble est homogène, à l’exception peut-être de Perfect method flawed, un titre en apesanteur, à l’instrumentation allégée : s’il apparaît comme le moins convaincant de Moratoria, on pourra cependant considérer qu’il s’agit d’un mal pour un bien, puisqu’il met en valeur les deux morceaux plus étendus (7 et 10 minutes) qui composent la dernière ligne droite de l’album. Desolation highway, puis Clear water gravity présentent des enchaînements de phases apaisées, de passages relevés par les fulgurances des cymbales, et affirment une fois de plus, la complémentarité voix/instruments.

Bikini Atoll signe des débuts réussis sur cet album qui brille autant par la pertinence des titres courts que par la beauté de ses fresques épiques.

Retour haut de page

Moratoria

» Tracklisting

  1. Moratoria
  2. Then Amplify
  3. Cinnamon
  4. Black River Falls
  5. Black Dog
  6. Cheap Trick
  7. Perfect Method Flawed
  8. Desolation Highway
  9. Clear Water Gravity

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.