Lou Barlow

Emoh

( Merge Records ) - 2005

» Chronique

le 21.03.2005 à 06:00 · par Eric F.

Après un dernier Folk Implosion finalement assez décevant et une tournée pseudo acoustique de Sebadoh cet été qui n'a pas débouché sur un nouveau disque, Lou Barlow a des choses à se faire pardonner. Pire encore, il semblerait que le grand sentimental à lunettes doive se battre pour reconquérir nos coeurs. Sans oublier un dernier album en solitaire (Wasted Pieces) assez catastrophique. Voilà donc qu'on l'attendait un peu au tournant le Lou.

Cet Emoh ("home" à l'envers, aucun rapport avec l'emo donc, ouf) en aurait presque des allures de quitte ou double. L'option choisie n'est pas très aventureuse : Barlow choisit une nouvelle fois la voie acoustique tout en omettant cette fois-ci son côté lo-fi qui avait pourtant bien fonctionné sur Loobiecore. "Pire", voilà qu'il lui est venu l'idée d'aller enregistrer à Nashville avec le Lambchop Mark Nevers qui marie assez mal ses talents avec les "stars" du rock indé (des bons albums avec Will Oldham et Silver Jews, mais sans plus).

Tout ceci ne jouait déjà pas en faveur de Barlow avant même qu'une seule note ne soit jouée. Mais si vous vous intéressez à ce disque, après tout, c'est que vous y croyez quand même encore un peu, non ? Au lieu de tourner autour du pot pendant trois heures, allons donc visiter la maison de Barlow...

Première constatation, le disque et ses morceaux ne souffrent pas trop du manque de "crasse" au niveau du son. Bien sûr, les fanatiques des premiers Folk Implosion vont être déçus... Le premier titre de ce disque, Holding Back The Year, est sympathique, bonne mélodie, paroles assez bonnes, on respire déjà un peu mieux. Le titre suivant, Home a beau avoir été choisi comme single et cartonner à la radio anglaise (parce que chez nous, faut pas rêver non plus...), notre constat prend la tournure suivante : on ne s'ennuie pas, mais on reste bien loin du meilleur niveau de l'auteur des pépites que sont Think, Soul And Fire ou encore Skull. "C'était mieux avant", serait-on même tenté de rajouter. Et là, face à une déclaration aussi évidente que maladroite, deux options se présentent à vous :

a) Bon, Lou Barlow a définitivement perdu son truc; pourquoi continuer à s'y intéresser, et voire pire, mettre plus de 15 euros dans un de ses disques ?

b) Bon, Lou Barlow a définitivement perdu un truc en route ; n'empêche qu'il a su garder cette voix toujours aussi touchante et que ses chansons restent quand même bien troussées. On peut très bien continuer à en tirer du plaisir, sans pour autant verser dans la nostalgie.

A vrai dire, ces deux options apparaissent toutes aussi justifiables, l'une comme l'autre... Et, qui sait, il en restera peut-être quand même quelques-uns à continuer d'espérer voir un jour Lou Barlow revenir à ses grandes heures. Certains titres de ce disque peuvent quand même laisser optimiste (Confused, If I Could ou encore Caterpillar Girl). Mais si Barlow remonte la pente, il ne fait aucun doute qu'il lui reste encore du chemin à parcourir pour retrouver le sommet.

Retour haut de page

Pochette Disque Emoh

» Tracklisting

  1. Holding Back the Year
  2. Home
  3. Caterpillar Girl
  4. Legendary
  5. Royalty
  6. Puzzle
  7. If I Could
  8. Monkey Begun
  9. Morning's After Me
  10. Round-n-Round
  11. Mary
  12. Confused
  13. Imagined Life
  14. The Ballad of Daykitty

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.