Jesu

Jesu

( Hydra Head ) - 2005

» Chronique

le 22.03.2005 à 06:00 · par David P.

Dernière incarnation en date de Justin K Broadrick (membre fondateur de Napalm Death, ex Techno Animal et ex Godflesh), Jesu semble bien parti pour, tout comme Isis depuis déjà trois albums, poursuivre ce mouvement de prise de conscience des allergiques aux cheveux longs (pour idées courtes? dixit Johnny Halliday) qu'il y a une vie sous le cheveu, même si ceux de Broadrick sont courts. Publié crânement par Aaron Turner d'Isis sur son label Hydra Head (l’hydre, cnidaire d'eau douce dont la bouche fait aussi office d’anus. Ou la profession de foi de ce fils de Black Sabbath qui jette à la face du monde le pourquoi du comment des fameux « le metal pue du cul » et « le metal pue de la gueule»), Jesu fait suite à l'Heart Ache EP de 40 minutes (pour deux morceaux) déjà très recommandable, sorti il y a peu (et pourtant enregistré après l'album), qui laissait déjà présager beaucoup de finesse dans un monde de lourdeur (l’EP est d'ailleurs un peu plus varié avec plus d’instruments post-rockiens).

Au programme de cet album, on peut percevoir une certaine filiation avec le projet Godflesh, de l'émotion et de l'épique en plus. Et surtout un son très particulier qui rappellera de bons souvenirs aux fanatiques de La Primera Opera Envasada Al Vacío du Sr. Chinarro, une section rythmique particulièrement mise en avant par un goût prononcé pour les basses et les reverbs qui font trembler les baffles même à faible volume. Un vrai plaisir pour certains et un calvaire pour d'autres, ce qui fera dire au pourtant sympathique Matthieu G. de Magic! (Millefeuille, premier sur le sample textuel) "[Antonio Luque] se risque parfois sur les pentes dangereuses de morceaux un peu longs, noyés à quelques reprises dans des effets de réverbération omniprésents et trop mal contrôlés. [...] Il suffirait sans doute que Luque finisse un jour par rencontrer un producteur bienveillant, à la hauteur de ses dons et de ses ambitions, qui parviendrait à le protéger de lui-même, à canaliser ses quelques complaisances et à mettre en valeur des compositions qui méritent amplement un habillage digne de leur contenu.” Tout en précisant quand même que Sr. Chinarro séduisait "justement parce qu’ils ne remplissaient pas le cahier des charges des productions internationales lisses".

Path to Divinity qui ouvre cet album, c’est un peu ça pour les non-partisans du son qui fait participer aussi le toucher (tout qui tremble) et la vue (les babioles qui bougent en rythme). Il donne donc le ton : production peu lisse, morceau lent, lourd, répétitif, neuf minutes sur deux notes de basse qui emportent tout (les règles de bon voisinage aussi) et des guitares et des claviers qui se débattent dans ce carcan harmonique, comme les longs cheveux blonds de l’être aimé, emporté par le siphon de la baignoire qui se vide inexorablement, après son départ, pour rendre le tout finalement mélodieux, triste et non répétitif pendant que le chant se fait digne d’un bon vieux groupe de slowcore. L’humeur est donc plutôt à l’introspection et à la mélancolie malgré le volume sonore et il n’est heureusement pas nécessaire de trouver de la poésie dans le nettoyage de tuyauterie bouchée pour être touché.

L’impression reste globalement la même sur tout l’album malgré un Friends Are Evil lorgnant plus vers du Helmet (pour les plus vieux) ou certains morceaux des Deftones (pour les plus cons dixit Damien Saez) et un chant hurlé sur Man Women. Mais aucun morceau ne brise réellement cette unité voulue. Justin K Broadrick garde les yeux rivés sur ses pieds, diront les amateurs de shoegaze qui feront un rapprochement justifié avec certains groupes tout en faisant preuve d’anachronisme. Godflesh, c’est vieux et de toute façon, le premier shoegazer était pieds nus, c’était Jésus sur sa croix. Et question crédibilité, les pieds en sang gagneront toujours devant les ampoules d'un porteur de Converse.

Retour haut de page

Pochette Disque Jésu

» Tracklisting

  1. Your Path To Divinity
  2. Friends Are Evil
  3. Tired of Me
  4. We All Faulter
  5. Walk on Water
  6. Sun Day
  7. Man/Woman
  8. Guardian Angel

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.