Giuseppe Ielasi

Gesine

( Häpna ) - 2005

» Chronique

le 25.03.2005 à 06:00 · par Antoine D.

Figure récurrente sur la scène de l'improvisation électro-acoustique, Giuseppe Ielasi s'est principalement fait connaître au cours de ces dernières années par de multiples collaborations (Renato Rinaldi, Dean Roberts, Domenico Sciajno, Alessandro Bosetti, Valerio Tricoli...) sur des labels tels que Erstwhile, Bowindo ou encore directement sur Fringes Recordings, label et mail-order dont il s'occupe personnellement. Pour ce nouvel album, le musicien italien a posé ses valises chez le label suédois Häpna où il délivre six nouvelles pistes à base de guitare, d'électronique et de percussions.

En termes d'ambiances, Gesine se pose dans un esprit relativement proche du Be Mine Tonight de Dean Roberts (Kranky, 2003) auquel Giuseppe Ielasi avait justement participé: compositions très épurées pour un exercice difficile où la la place laissée aux silences et la finesse de son toucher jouent des rôles capitaux. Il plane sur ces six pistes une influence venue du folk traditionnel, mais cette présence demeure généralement fantomatique (elle se fait néanmoins plus apparente sur le quatrième titre), comme un souvenir rémanent en plein contraste avec la nature même de ces morceaux, qui s'inscrivent dans la mouvance actuelle de l'électro-acoustique. Les notes de la guitare flottent et s'assemblent en suspension pour tisser des fragments de mélodies, elles sont accompagnées de percussions qui se limitent essentiellement à de simples palpitations ou à des cymbales effleurées (seule la troisième piste offre un intermède de détonations sourdes). Giuseppe Ielasi intrigue par sa répartition des sons dans l'espace, en soignant considérablement les nuances d'intensité de ses instruments: dans le flou, le premier plan et l'arrière-plan se confondent, les strates s'entrechoquent, la guitare trouve parfois les échos souterrains d'une électronique qui n'hésite pas à s'aventurer dans les chemins du drone ou de l'ambient atmosphérique (sur la seconde piste).

Album aux accents méditatifs, Gesine se pose en expérience troublante qui mise parallèlement sur les bas volumes et de façon indéniable, son écoute se bonifie amplement au casque. D'aucuns regretteront la relative courte durée de l'ensemble - une trentaine de minutes - mais on peut vraisemblablement penser qu'une extension se serait posée en rallonge superflue, tant Giuseppe Ielasi impose une atmosphère qui se suffit à elle-même: recommandé aux amateurs de voyages désertiques.

Retour haut de page

Gesine

» Tracklisting

  1. Untitled
  2. Untitled
  3. Untitled
  4. Untitled
  5. Untitled
  6. Untitled

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.