Odran Trümmel

Down Louishill

( Another record ) - 2005

» Chronique

le 08.02.2006 à 06:00 · par Eric F.

Un simple coup d'oeil au visage juvénile du franco-hollandais Odran Trümmel (ne rigolez pas, c'est son vrai nom) et hop un nom nous assaille : Adam Green. La ressemblance est effectivement frappante, mais Trümmel est fort heureusement plus à ranger du côté des Moldy Peaches que des Burt Bacharach de bas-étage (ou d'ascenseur, plutôt). Comprenez donc que c'est ici une fraîcheur légèrement doublée de naïveté qui prévaut plutôt que d'insupportables poses dans un costard taillé beaucoup trop grand.

Installé près de Tours, Odran Trümmel a tout fait tout seul sur ce disque (quelques parties de saxophone mises à part), allant même jusqu'à nous "inventer" le garage folk. En clin d'oeil au nom de sa bourgade de Montlouis, ce Down Louishill (à rapprocher du Louisville de David Pajo ?) ne manque pas de mordant. Tout d'abord par la fraîcheur que Trümmel apporte à ses compositions pleines d'allant qui sentiraient presque le vieux loup de mer, baroudeurs des grandes eaux folk. Et si pour beaucoup la catégorisation en "folk festif" ne peut amener que des ennuis, on ne manquera pas d'apposer cet épithète à cette musique sans pour autant avoir quoi que ce soit à lui reprocher. On imagine facilement le bon temps que le jeune homme a dû se payer pendant l'enregistrement.

Toujours prêt à nous surprendre par le biais d'une accélération imprévue ou d'un changement de bord abrupt, Odran Trümmel partage l'esprit d'un groupe comme Fuck, son joyeux foutoir n'oubliant pas de laisser un peu de place aux émotions. Une fois de plus, sous les abords "jeune dégingandé", Odran Trümmel n'arrivera pas à nous cacher qu'il est un grand romantique, comme le laissent supposer les tendres The Weight of Your Shade et Salty Lakes...

Trümmel se démarque également de ses contemporains par des textes amusants qui refusent de se prendre au sérieux, tandis que sa voix est la plupart exemptée d'un accent franchouillard fatal à tant de groupes tricolores. L'album finit peut-être par légèrement user sur la fin avec son côté "c'est la fête, tapez dans vos mains", mais le moins que l'on puisse faire, c'est de souhaiter bonne route à cet attachant jeune homme. Et de ne pas tomber dans le piège à soupe qui nous a pris Adam Green...

Retour haut de page

Pochette Disque Down Louishill

» Tracklisting

  1. Swimming Over the Dam
  2. My Brand New Disguise
  3. Spooks with Leather Boots
  4. Mister Cockroach
  5. Every Nook and Cranny
  6. Sitting on a Powderkeg
  7. The Weight of Your Shade
  8. Shinkansen
  9. 4 in the Morning
  10. The Intruder
  11. Jokes and Anecdotes
  12. Astronauts
  13. Salty Lakes

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.