Built To Spill

Live

( Warner ) - 2000

» Chronique

le 13.10.2003 à 06:00 · par Eric F.

Built To Spill est un groupe bien assez rare dans nos contrées pour que ce disque live ait une quelconque valeur. Impossible de ne pas regretter que Doug Martsch et ses acolytes ne nous visitent pas plus régulièrement à l'écoute de ce disque enregistré lors de la tournée suivant la sortie de l'album Keep It Like A Secret. Et même si le disque ne compte que 9 titres pour représenter les concerts du groupe, il n'en atteint pas moins 71 minutes, notamment grâce aux durées pharaoniques de Broken Chairs et du Cortez The Killer de Neil Young : il est tout de même rare qu'un groupe dépasse les 20 minutes pour un unique morceau sans se revendiquer comme "post rock". Il faut dire que chez Built To Spill, le credo est digne du fameux "Rock And Roll will never die" : on ne sait plus vraiment ou donner de la tête avec les guitares, les deux parties s'entremêlant avec une harmonie parfaite. Il y a dans ce disque une sacré collection de riffs impeccables, comme sur The Plan ou encore le magistral Broken Chairs où l'intro donne tout bonnement la chair de poule. Il est quasiment impossible de ne pas faire la comparaison entre Built To Spill et le Crazy Horse, mais pas seulement parce que Cortez est repris : même rage et complémentarité guitaristiques (on atteint les trois guitares sur certains titres), rythmique impeccable, voix touchante même quand elle est fausse. Rien à redire sur la répartition des titres, où on retrouve une relecture du Virginia Reel Around The Fountain des Halo Benders, le mythique groupe de Martsch et de l'allumé Calvin Johnson. Love As Laughter est également repris avec un Singing Sores Make Perfect Swords qui s'avère être le titre le plus dispensable de l'album. On pourra s'étonner que ce soit Car, le titre le moins porté sur les solos méandreux de guitare, qui remporte la palme du morceau le plus plébiscité à l'applaudimètre. Etrange quand on entend des morceaux du calibre de Randy Described Eternity, extrait du séminal Perfect From Now On ou encore The Plan. Pas moyen de s'ennuyer une seule seconde même lorsque le groupe semble se figer sur une note, la jouant jusqu'à en perdre la raison, comme pour mieux en retirer le maximum. La version de Cortez The Killer est d'ailleurs une impressionnante leçon guitaristique dans laquelle on utilise autant les notes que les silences, et quand Doug Martsch commence son show, il y a de quoi en rester bouche bée. Il y a une telle cohésion dans le son et les harmonies que le temps semble se figer, le titre coulant facilement pendant ses 20 minutes 30. Si vous vous demandez encore pourquoi Neil Young peut avoir Oasis ou Alanis Morisette comme premières parties, c'est certainement qu'il a déjà entendu Built To Spill... et qu'il a peur de se faire piquer la vedette!

Retour haut de page

Live

» Tracklisting

  1. Plan
  2. Randy Described Eternity
  3. Stop The Show
  4. Virginia Reel Around The Fountain
  5. Cortez The Killer
  6. Car
  7. Singing Sores Make Perfect Swords
  8. I Would Hurt A Fly
  9. Broken Chairs

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.