The Black Heart Procession

The Spell

( Touch And Go ) - 2006

» Chronique

le 27.04.2006 à 06:00 · par Ana C.

Plus de deux ans se sont écoulés entre le dernier album de Black Heart Procession, Amore del Tropico et The Spell, laissant leur fans s'impatienter. Impatience entre temps encore plus accrue par de ponctuelles et brillantes interventions.

Ainsi, tant la collaboration réussie avec Solbakken (In the Fishtank) que le titre apporté au projet Un Cadavre Exquis laissaient à penser que le groupe avait repris ses esprits depuis le (parfois) maladroit Amore del Tropico pour revenir aux sources. Finies donc les expériences tropicales, le groupe s’attaque à ce qu’il sait faire, à savoir d'excellents titres à l’atmosphère mystérieuse, incroyablement puissants et dramatiques. Cafardeux, accuseraient beaucoup. On dirait plutôt que Black Heart Procession entraîne l’auditeur dans des histoires labyrinthiques, jamais très claires, où l’instrumentation et des paroles vagues - pas pour autant superficielles - risquent de guider l’imagination vers des pensées noires. Tant mieux, un bon album plein de désolation ne voit pas le jour si souvent que ça et, de toute façon, les chercheurs de refrains gais devraient être dissuadés de jeter une oreille sur l'album à la vue de sa pochette, dans la lignée des artworks précédents, tout en rouge et noir, un corbeau posé sur des barbelés et un homme à la main stigmatisée d’un cœur (noir, bien sûr) nous indiquent déjà que The Spell (le sort) ne sera pas une promenade au soleil.

La plupart des titres suivent le schéma des premiers travaux de la bande : les claviers – de la main de Tobias Nathaniel – créent une basse rythmique jamais très rapide et aidée de la batterie (Joe Plummer), sur laquelle vient s’appuyer la voix lyrique de Pall Jenkins. A leur tour, guitares, basse, violons, souffles du vent et réverbérations, attendent d’être invités pour compléter les compositions. De cette façon, Tangled, The Spell (définitivement, le "tube" de l’album) ou The Letter prennent le relais là où #3 l’avait laissé. On retrouve également The Waiter (ils en sont déjà au numéro 5), ce morceau qui, appartenant à une sorte de mystérieuse série, se faufile au fil des albums du groupe. Mais, bien que The Spell présente tous ces traits déjà familiers, il incorpore aussi des éléments qui font de lui une chose autre que le simple "#5". On y trouve donc des titres où ce schéma classique basé sur le binôme Toby-Pall s’élargit pour laisser plus de place au reste des instruments, débouchant sur un véritable album de groupe. GPS, Places ou The Fix en sont de bons exemples, où l'importance majeure de l'instrumentation ouvre de nouvelles directions pour le groupe. On pourra en conclure que l’escale Amore del Tropico n’aura pas été si négative pour cette formation qui aura su évoluer et tirer les leçons de ses erreurs.

Les fans, soulagés, peuvent reprendre leur souffle, The Black Heart Procession a encore beaucoup à dire.

Retour haut de page

Pochette Disque The Spell

» Tracklisting

  1. Tangled
  2. The Spell
  3. Not Just Words
  4. The Letter
  5. The Replacement
  6. Return To Burn
  7. GPS
  8. The Waiter #5
  9. Places
  10. The Fix
  11. To Bring You Back

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.