The Black Keys

Magic Potion

( Nonesuch ) - 2006

» Chronique

le 22.09.2006 à 06:00 · par Eric F.

Chulahoma, magnifique EP de reprises du regretté Junior Kimbrough aura fait office pour les Black Keys de cadeau d'adieu en bonne et due forme envers Fat Possum puisque le groupe se retrouve désormais chez le mastodonte Nonesuch (Laura Veirs, Wilco...). Mais cet hommage au vieux bluesman est sans aucun conteste une évidente volonté d'émancipation. Certes, on imagine mal Dan Auerbach et Patrick Carney un jour renier leur racines, mais les deux trublions ont décidé d'aller pointer leur nez un peu plus loin du garage que d'habitude. Oubliée donc la "high lofidelity" qui caractérisait le groupe, ici la production est on ne peut plus polie. Ne vous méprenez pas pour autant, les Black Keys restent bien sûr un duo lourd, parfois oppressant même et toujours rêche.

Si ce Magic Potion est donc marqué par une production impeccable, les morceaux ont également eu la bonnne idée d'être au rendez-vous. Les hurlements de "Vendus !" lancés par les puristes ne sont pas encore pour tout de suite. Et si cette réussite fait un peu de la peine pour le vaillant label qu'est Fat Possum, on ne peut s'empêcher de voir ce départ des Black Keys comme celui d'un jeune adulte qui quitte la maison familiale, prêt à en découdre avec le monde exterieur. Dans cette difficile épreuve (mais largement à la portée du duo) les parties néanderthaliennes de Patrick Carney feront office de redoutable massue face aux éléments perturbateurs. Accouplées aux riffs incisifs de Dan Auerbach, celles-ci libèrent le chemin pour la voix d'Auerbach qui n'aura jamais sonné aussi assurée. Mieux le groupe réussit désormais à ne plus vraiment faire la différence entre brûlots électriques et morceaux plus downtempo, You're The One (choisi comme single à juste titre) ne faisant pas décoller le toit mais garde quand même un son hyper chaud - son enchainement avec le (faussement) cradingue Just A Little Heat ne faisant qu'augmenter sa valeur.

Si l'évolution du groupe peut sembler peu évidente à la première écoute (on a l'impression d'avoir entendu une dizaine de fois Give Your Heart Away par le passé avant qu'elle ne s'impose), la nouvelle maturité du duo apparait déja en filigrane, comme le fil conducteur de ce disque redoutable. Il a beau ne pas faire référence au nouvel album de Bob Dylan, Modern Times rend hommage au passé tout en gardant le regard fixé sur le futur. Les Black Keys ont enfin réussi à doser à la goutte près leur mélange rêvé. Et ceux qui n'arriveront pas à le concevoir n'auront qu'à se consoler avec le baton de dynamite qu'est Black Door.

Retour haut de page

Pochette Disque Magic Potion

» Tracklisting

  1. Just Got To Be
  2. Your Touch
  3. You're The One
  4. Just A Little Heat
  5. Give Your Heart Away
  6. Strange Desire
  7. Modern Times
  8. The Flame
  9. Goodbye Babylon
  10. Black Door
  11. Elevator

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.