Bob Dylan

Modern Times

( Columbia ) - 2006

» Chronique

le 03.10.2006 à 06:00 · par Jean-Yves B.

Il faut un petit malin comme Bob Dylan pour appeler un disque tel que celui-ci Modern Times : la musique enregistrée ici doit en effet tout ou presque à des styles musicaux et des atmosphères qui renvoient directement à la première moitié du vingtième siècle. On sait le disque truffé de reprises plus ou moins déguisées, adaptations de blues ou de chansons traditionnelles, et la rumeur court ces jours-ci qu'une partie des textes des chansons seraient des emprunts plus ou moins orthodoxes au poète sudiste Henry Timrod (1828-1867), ce qui entraîne des débats rebattus et à n'en plus finir sur le mode Dylan le malin pilleur contre Dylan l'affreux plagiaire. Chose moins courante, l'homme à également ce coup-ci abondamment puisé dans ses propres disques pour confectionner celui-ci, Modern Times s'affirmant assez rapidement, pour la musique comme pour les textes, comme un hybride harmonieux de Time Out Of Mind et de Love And Theft, les deux albums précédents datant respectivement d'il y a neuf et cinq ans.

C'est sans doute pour cette raison que Modern Times est légèrement moins indispensable que ses impressionnants prédécesseurs : rien de véritablement nouveau stylistiquement ici, guère de réinvention. On peut en outre trouver l'alternance quasi-systématique entre blues-rock d'école et ballades sereines et/ou crépusculaires un peu prévisible, les dernières étant ici en général plus mémorables. Pour autant Modern Times, si on peut difficilement le qualifier de chef-d'oeuvre, n'en est pas moins un nouveau chapitre remarquable et d'une qualité constamment élevée pour un homme dont la carrière musicale va rentrer dans sa quarante-sixième année. C'est un Dylan en surprenante forme vocale qui domine ici les débats, que ce soit en mode rock ou version crooner, et son groupe de scène de longue date assure également un son simple, intemporel et riche en nuances (mention spéciale à la batterie).

Si Dylan l'acteur s'en donne à coeur joie, assez souvent dans le rôle d'amoureux transi (mignon Spirit On The Water, ou la solennelle When The Deal Goes Down qui aurait eu sa place sans problème sur Time Out Of Mind) ou coquin, c'est lorsque qu'il endosse les vêtements délavés du personnage de film noir arpentant des rues sombres et pluvieuses qu'il brille le plus (la longue et vénéneuse complainte finale Ain't Talkin', aux accents bibliques), ou encore dans la peau du personnage seul et désespéré de Nettie Moore, sommet minimaliste de l'album - "I loved you then, and ever shall/But there's no one here left to tell/The world has turned black before my eyes". Comme a tenu à le signaler Dylan lui-même, Modern Times n'est cependant pas un disque nostalgique, ni même triste d'ailleurs ; il se contente de naviguer entre insouciance et désespoir avec une grâce tranquille qui n'appartient qu'à son auteur.

Retour haut de page

Pochette Disque Modern Times

» Tracklisting

  1. Thunder On The Mountain
  2. Spirit On The Water
  3. Rollin' And Tumblin'
  4. When The Deal Goes Down
  5. Someday Baby
  6. Workingman's Blues #2
  7. Beyond The Horizon
  8. Nettie Moore
  9. The Levee's Gonna Break
  10. Ain't Talkin'

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.