Nina Nastasia

On Leaving

( Fat Cat / Pias ) - 2006

» Chronique

le 06.12.2006 à 06:00 · par Jean-Yves B.

Aux antipodes de certain(e)s dont on a beaucoup parlé récemment, Nina Nastasia annonce résolument la couleur, ou plutôt les couleurs, pour son quatrième album : noir et blanc. Le choix n'est pas innocent et cette sobriété, cette austérité, se retrouvent à tous les niveaux de la conception de cette collection de chansons "sur le départ" : dépouillement de l'instrumentation - pas de basse et arrangements simples et parcimonieux, courte durée des morceaux, et économie dans l'écriture des textes. Si l'on pouvait craindre un retour en arrière après le glaçant et somptueux Run To Ruin, les doutes sont rapidement à l'écoute d'un album dont les choix esthétiques se révèlent vite impeccables.

Les douze titres de On Leaving prennent tour à tour la forme de poèmes ou de nouvelles courtes et cruelles, ou la tristesse et le désespoir secs se mèlent à l'ironie. La narratrice d'Our Day Trip s'imagine une journée de vacances idéale avec son ami, mais celui-ci décide à la fin de chanson de rester travailler ; juste avant, Brad Haunts A Party se ferme brutalement après deux fiévreuses minutes sur une constatation neutre et angoissante "We don't get around/Like we used to do/Oh no".

Tous ces petits récits sont portés par la voix magnifique de Nina, qui n'a jamais eu autant d'espace pour s'exprimer tant l'instrumentation de On Leaving est minimaliste et retenue. Tous les arrangements s'imposent discrètement avec une certaine évidence (les quelques notes de piano de Why Don't You Stay Home par exemple), et quelques rares apparitions de cordes et de la batterie du toujours impeccable Jim White s'intègrent à merveille à l'univers sombre de ces chansons. On se doutera évidemment que les compétences de Steve Albini, qui officie sur tous les disques de Nina, n'est pas pour rien dans l'attrait de ce son.

Lorsqu'arrive plage 11 le titre le plus poétique et aérien de ce On Leaving, Bird Of Cuzco, sans doute le plus bel hommage à John Peel qu'on pourra jamais faire (Cuzco étant la ville péruvienne dans lequel le DJ anglais est décédé), on finit par se demander comment un tel disque, qui en surface ressemble à tant d'autres, en vient à faire une impression si forte. La réponse tient sans doute, outre à la grande qualité des chansons, à cette sécheresse, cette sobriété et une recherche constante de la justesse, qui, réussie comme ici, a déjà marqué les plus grands disques, ceux où chaque mot et chaque note comptent. Si on ne peut encore l'ajouter à un quelconque panthéon, Nina Nastasia, d'album en album, s'affirme donc comme une artiste de qui on est en droit de s'attendre au meilleur.

Retour haut de page

Pochette Disque On Leaving

» Tracklisting

  1. Jim's Room
  2. Brad Haunts A Party
  3. Our Day Trip
  4. Counting Up Your Bones
  5. Dumb I Am
  6. Why Don't You Stay Home
  7. One Old Woman
  8. Treetop Song
  9. Lee
  10. Settling Song
  11. Bird Of Cuzco
  12. If We Go To The West

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.