Belone Quartet

Les Prémices De La Béatitude Naissent De L'Amertume

( Kythibong ) - 2006

» Chronique

le 22.12.2006 à 06:00 · par Eric F.

Voilà sans conteste un groupe de paradoxes : malgré son patronyme, on ne trouve pas vraiment de liens avec le football dans la musique de ce... duo (si, si) nantais. Et si le titre de l'album pourrait laisser deviner un ensemble pompeux, il n'en sera finalement rien.

Ici, notre béatitude vient bel et bien, dans un premier temps, du mimétisme saisissant entre Belone Quartet et les américains de Black Heart Procession. Même rythmes en stade terminal, guitares parcimonieuses mais toujours placées à bon escient, lignes de claviers funèbres, tout y est. S'il faudra quelque temps pour se défaire de cette impression pas désagréable de repompage, elle permet pourtant de mieux faire passer la voix (et son accent quelque peu frenchy) plus facilement, seul Crazy ayant vraiment du mal à emballer.

Assez curieusement, le disque semble vouloir jouer entre morceaux sombres et presque épiques dans l'esprit et des compositions où l'électronique finit par prendre le dessus, sans que cela ne soit gênant (très réussi Desert, agrémenté de la voix de Julia Lanoe, à des années lumières de Mansfield Tya).

Si le disque se termine un peu en queue de poisson (on aurait parié cher sur un bon coup de montagnes russes sur When Whales Are Singing, Sailors Die In Silence alors que cet instrumental s'écoule lentement, partant comme il était arrivé) on sera tout de même surpris par la capacité du duo à ancrer certaines de leur chansons sombres dans notre cerveau. Difficile, par exemple, de résister à I Want It To Go et son mantra qui semble ne plus vouloir s'arrêter, et les autres exemples sont légion. Un peu comme si on s'était fait attirer dans une ruelle sombre et abandonnée et que l'on mettait un pied devant l'autre, pas rassuré mais finalement abassourdi par le champs des possibles que cette nouvelle situation peut offrir (certes, Belone Quartet a un peu du mal à cacher sa référence majeure, mais il n'en reste pas moins un groupe unique en France).

Le dernier Black Heart Procession s'appelle The Spell. Soit Le Sortilège. Les disciples appliqués de Belone Quartet viennent de nous en lancer un de toute beauté.

Retour haut de page

Pochette Disque Les Prémisces De La Béatitude Naissent De L'Amertume

» Tracklisting

  1. The Same
  2. Yeah
  3. I Want It To Go
  4. Desert
  5. My Heart Of Corpse
  6. Crazy
  7. Top 5
  8. Spider
  9. The Man
  10. You Are Absent
  11. When Whales Are Singing, Sailors Die In Silence

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.