Black Forest / Black Sea

Black Forest / Black Sea

( Music Fellowship ) - 2006

» Chronique

le 15.12.2006 à 06:00 · par Constantin D.

Ce duo de Portland a toujours, depuis sa création aux environs de 2003, évité de se figer dans une image, un son ou un format précis, évoluant lentement au fil des disques. Un bien et un mal à la fois : si le groupe est sûr par là d'éviter la répétition, il semble en même temps toujours chercher son identité. La constante la plus forte au fil des disques, c'est une ambiance vaguement "Europe de l'Est" renforcée ici par l'artwork. Dans l'instrumentation, c'est surtout le fiddle, violon folk, qui donne cette impression, plus que le duo de guitares (acoustique et électrique) qui domine le premier morceau ici. L'intérêt principal de celui-ci, une impro de plus de 20 minutes, étant certainement les effets de textures, craquements, sifflements, grincements, parfois créés par la guitare électrique, parfois d'autres sources, enrichissant fortement un morceau qui, bien que maîtrisé, manque parfois aussi un peu d'inspiration. Autre détail atypique, l'apparition très fugace de certains sons : flute, voix, fiddle, évènements sonores ponctuels, repères noyés dans la masse temporelle.

Le second morceau démarre avec plus de promesses, notamment par le retour, plus marqué, de cette voix, celle de Gillian Goldberg (le duo original étant composé de Jeffrey Alexander et Miriam Goldberg - à noter aussi l'intervention de Stefano Pilia). Superbe voix, langue inconnue, proche de Christina Carter, de Tara Burke, mais avec une véritable personnalité propre, l'absence d'effet créant une présence très forte. Après quelques minutes les guitares prennent le relais, avec force delay et disto, et aidés par un tambourin pour créer une ambiance franchement psychédélique. S'il y a un principal défaut à ce nouveau LP, c'est certainement de trop se reposer sur ces guitares justement, alors qu'il ne s'agit clairement pas là de la force principale du groupe. La maîtrise de l'improvisation a aussi ses revers et on aurait aimé plus de folie, plus entendre de cette voix, certainement apte à faire un excellent contrepoint aux guitares.

Ainsi les excellents moments sont plus ponctuels qu'autre chose, mais ils contribuent suffisamment à faire de cette double impro de plus de 40 minutes l'une des meilleurs productions de Black Forest / Black Sea, qui se montre très à l'aise dans ces longs formats.

Retour haut de page

Pochette Disque Black Forest / Black Sea

» Tracklisting

2 morceaux sans titres.

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.