Dirty Three

Les trois pas propres

» Interview

le 07.09.2003 à 00:00 · par Eric F.

On a joué pour la 1ere fois en France dans une émission télé, je ne me rappelle plus laquelle, c'était à l'époque des essais nucléaires français dans le pacifique. On a joué Indian Love Song qu'on a dédié à Jacques Chirac et tous nos amis dans le pacifique. On nous a fait signe de nous arrêter après 10 minutes, on a répondu que c'était pas fini et on nous a dit d'aller nous faire foutre, on a quand même continué. A l'époque on était chez Pias et il y avait une fille de chez eux dans la salle qui était vraiment gênée. Ensuite on a fait des premières parties pour Pj Harvey. On a assez peu joué en France.

Le fait que Jim joue avec Smog, entre autres, que Mick tourne en solo et que tu habites Paris doit vous poser des problèmes…

C'est assez difficile, voire impossible pour les répets. On reste en contact par e-mail. Ca fait 8 ans qu'on a quitté l'Australie et à cette époque on tournait partout. On a fait Sad And Dangerous, notre tout 1er enregistrement et une femme a voulu le sortir, elle avait entendu une cassette qu'on avait envoyé pour nous, parce que nous ça ne nous intéressait pas trop de sortir des disques. On lui a dit qu'entre temps on avait fait Dirty Three, notre premier vrai album parce que la cassette qu'elle avait c'était juste une répet où on apprenait à jouer les morceaux, elle l'a quand même sortie. On a ensuite fait une douzaine de dates en Australie. A l'époque j'avais enregistré quelques titres avec Nick Cave pour Murder Ballads et il nous a proposé de faire sa première partie en Grèce et Israel. Ensuite, c'est grâce à des groupes comme Pavement et Sonic Youth qu'on a pu tourner aux Etats Unis, il nous ont pris avec eux pour la tournée du Lolapalooza, ça a duré presqu'un an. Après ça on a déménagé à Londres et on a enregistré Horse Stories, suivi d'une nouvelle tournée. On a eu une crise existentielle après, ça faisait vraiment trop. C'est à ce moment que j'ai déménagé à Paris avec ma femme, on y est depuis 5 ans. J'ai l'impression qu'on a un problème ici, je me demande si les gens n'aiment pas notre musique.

C'est surtout que Dirty Three n'est pas très connu…

Oui on a pas mal de problèmes avec les maisons de disques et puis on a tourné avec Alias pendant 6 ans avant qu'ils nous virent. Depuis on a fait deux concerts aux Instants Chavirés, où on a enregistré le nouvel album. On devrait jouer au Café de la Danse le 7 Mai, mais comme c'est férié le lendemain beaucoup de gens partent. On a une grosse tournée qui commence en Australie, puis les Etats Unis et l'Europe avec trois concerts à Londres, après je vais faire les quelques dates des Bad Seeds avec Nick Cave. J'espère qu'on pourra tourner en France après l'été. J'ai fait des festivals avec ma femme en France quand elle jouait dans les Wampas, c'était très sympa, quel mec ce Didier. Les Wampas étaient tous à mon mariage, ma femme joue sur le disque Kiss. On avait fait un festival excellent dans une ferme en Normandie. En fait ça m'est un peu égal, mais j'aimeras bien qu'on soit plus connus ici.

C'est déjà difficile de trouver vos disques…

Oui je sais, on a fait une erreur en signant avec Big Cat, ça ne s'est pas très bien passé. Le patron était déçu par Ocean Songs, il disait que ça n'était pas ce qu'il avait entendu de nous, mais qu'est ce qu'il avait entendu ? On est pas Madonna… Il le trouvait moins accessible.

Je trouve plutôt qu'Horse Stories est plus difficile d'accès qu' Ocean Songs, qui est un disque très calme.

Tu sais, on ne fait pas vraiment de la musique pour les gens, c'est juste pour nous. C'est quand même notre métier depuis 10 ans donc c'est tant mieux si ça peut plaire aux gens. Notre nouveau disque a été enregistré par Fabrice Loreau (ex Prohibition) ça a été super de travailler avec lui, il était aux concerts des Instants et nous a proposé de travailler ensemble. On avait déjà quelques titres faits en Australie, on en a fait 4 a Paris dont un dans les toilettes. Je pense que c'est notre meilleur disque, on l'a enregistré dans les conditions du live avec beaucoup moins d'overdubs que le précédent, Whatever You Love You Are. Le fait d'être sur scène a été très bénéfique, on pouvait recommencer comme on voulait, un peu comme quand on a enregistré avec Steve Albini pour Ocean Songs où on avait loué une vieille usine. C'est assez dur pour nous, on en est déjà au 6ème album. C'est après 2-3 disques que ça devient une guerre, si ça n'est pas différent de ce qu'on a fait, on ne le sort pas. On a toujours une structure pour nos morceaux, ça n'est jamais de l'improvisation à 100% comme pour Indian Love Song par exemple : c'est pas une fusée de la Nasa… C'est un riff qu'on développe, à chaque fois on peut l'emmener dans une direction différente, ça fait 10 ans qu'on le joue. C'est comme ça qu'on voit quels titres durent, il y a aussi Everything's Fucked et Sue's Last Ride et Deep Waters.

Deep Water est quand même assez long, ça doit être dur à placer, surtout en festival…

Oui, si on joue ça et Indian Love Song, c'est fini ! En fait on a décidé de faire des concerts plutôt que des festivals, que les gens qui soient là sont ceux qui veulent vraiment nous voir. 30/40 minutes en festival c'est pas assez pour nous découvrir.

Ca fait très longtemps qu'on entend parler de la sortie d'un dvd et d'un album live…

Oui, on a fait un film pendant la tournée précédente sur la côte ouest des Etats Unis. C'est Brendan King, qui a fait Dutch Harbor qui l'a filmé et qui a fait des interviews. 3 ans après, il est en train de le finir, ça devrait sortir cette année. On a aussi choisi des morceaux pour faire un double album live, mais on ne va peut être pas le sortir parce que le nouvel album nous plait beaucoup plus. C'est toujours difficile avec les lives, si tu montes un instrument, tout le reste monte. On a toujours un problème avec le son. Par contre j'espère que le film sortira.

Comment t'es venue cette habitude de raconter l'histoire des morceaux quand vous jouez en concert ?

A une époque j'étais dans un autre état, je prenais beaucoup de drogues, je continue toujours un peu parce que ça m'amuse, donc ça a du aider. Et puis on a fait nos débuts dans le bar d'un ami à Melbourne. J'ai tout de suite remarqué que les gens se plaignaient qu'on joue de la musique instrumentale, que ça fasse jazz. Attention, j'aime bien le jazz, il y en a même du plus rock and roll que le rock comme John Coltrane ou Miles Davis, donc entre les morceaux je racontais des histoires pour faire plaisir aux gens. Pour moi on a toujours plus été country and western que jazz. On se réfère aussi a des sentiments qui viennent de musiques très simples, ça n'est pas "qu'est ce que je suis content parce que je suis bête". D'ailleurs je pense à ça : ça m'étonne qu'aussi peu de gens en France apprécient ça alors que beaucoup aiment le jazz. Tu as ceux qui ont découvert Muddy Waters ou BB King par les Stones… Des fois à la télé je vois un crétin qui beugle "Hey Joe" ou un gros cochon qui hurle "Rock and Roll" au New Morning, je me dis "Mon dieu, arrête !". Ils n'ont pas le droit de faire ça. Le jazz aux Etats Unis aussi, ça fait peur !

A propos de tes petites histoires, tu es vraiment fan d'AC/DC ? je vous avais vu en Australie pendant la tournée Whatever You Love You Are et tu faisais beaucoup de blagues sur eux .

C'est vrai ? En tout cas j'adore AC/DC ! Surtout les albums avec Bon Scott, c'était un groupe extraordinaire. Le son de leurs 5 premiers disque est fantastique. J'ai rencontré le groupe en avion l'an dernier, c'était très amusant, je les ai vu au Japon aussi, ça me touche beaucoup. C'est avec eux que j'ai grandi et j'y suis revenu un peu plus tard.

Ce sont eux qui t'ont poussé à faire de la musique ?

Non, j'ai découvert un accordéon dans une déchetterie quand j'avais 10 ans, j'ai appris a en jouer et puis à l'école on nous a demandé si on voulait apprendre à jouer du violon. Je me suis inscrit en pensant qu'il y aurait plein de filles : en fait, il y avait juste moi et un autre type qui croyait qu'il venait de Mars parce qu'il avait les oreilles en pointe. On avait fait un Ovni dans son garage…

Une fusée de la Nasa ?

Oui ! On avait fait ça avec une brouette qu'on attachait à l'arrière de la voiture de sa mère. C'est comme ça que j'ai commencé le violon. J'avais des facilités, je n'ai jamais écouté de classique, j'étais à fond dans AC/DC et Black Sabbath, on avait un groupe qui s'appelait Paranoïd quand j'avais 15 ans. Je me suis aussi acheté une Gibson SG, comme Angus… C'est mon frère qui m'a donné l'idée de rajouter des effets sur mon violon, de la distorsion, etc… A l'époque j'étais prof de musique, ça a duré 18 mois et après j'ai formé Dirty Three avec Jim et Mick. Ils avaient un super groupe avant, Venom P Stinger, dont j'étais fan absolu, un sacré groupe punk. Un coup, Mick m'a passé une k7 très calme, je ne pouvais pas croire que c'était lui ! J'aurais jamais cru faire un groupe avec eux ! On a jamais vraiment prévu quoi que ce soit en fait.

Ce qui me marque en écoutant vos disques, c'est la façon dont les instruments sonnent ensemble, chacun avec son propre style…

Ca fait quand même 20 ans que Jim et Mick jouent ensemble, 10 pour nous trois, même si on fait des breaks de 5-6 mois, on se retrouve et c'est toujours aussi bon. On ne peut pas jeter ça !

Est ce que le fait de jouer ailleurs que dans Dirty Three change la façon dont tu joues du violon ?

Je le fais rarement parce que je n'ai pas grand chose à partager. Je joue avec Dirty Three et les Bad Seeds, ça me suffit de sortir un disque tous les ans ou tous les deux ans.

Comment ça s'est passé pour ton EP. solo ?

C'est une troupe canadienne de danse qui m'a demandé de faire la musique. J'ai accepté, j'ai essayé et voilà. Beaucoup de gens me demandent de la musique, ça me gêne un peu de refuser. Je n'aime pas vraiment être mis dans quelque chose rien que pour le fait d'y être. Le problème, c'est que je ne sais faire que du Dirty Three ou du Bad Seeds. C'est moi qui ai fait les arrangements de corde pour Nocturama, je me suis occupé de quelques concerts solos de Nick, comme en Islande en Décembre dernier. C'est difficile, parce qu'avec Dirty Three on est trois et il n'y a pas de mots, juste un début et une fin, et entre les deux on peut faire ce qu'on veut.

T'intéresses tu toujours à la scène Australienne maintenant que tu habites Paris ?

Ca fait des années que je n'ai pas suivi ça…

En fait je me demandais si tu connaissais Hungry Ghosts

Je connais juste de nom, je ne les ai jamais entendu. C'est marrant que tu me parles de ça parce que j'ai vu Jon Spencer Blues Explosion et Judah Bauer m'a félicité pour leur disque, il croyait que j'étais dedans ! Il a eu du mal à me croire.

Et tu suis des groupes Français ?

J'aime bien Rroselicoeur avec mon grand ami Flannagan, c'est notre chauffeur en France. Je trouve Miossec pas mal, il a quelque chose sur scène. Quoi d'autre ? J'aime beaucoup le Raï, le violon et les rythmes. Je préfère entendre ça à la radio plutôt que de la Dance à la con. J'écoute beaucoup la radio parce que quand je mets un disque je ne peux me concentrer sur rien d'autre, ça m'absorbe totalement. Pour moi écouter la radio c'est comme lire un mauvais livre : je peux faire d'autres choses en même temps.

Qu'est ce qu'il y a de bien comme autres groupes Français ?

J'aime bien Herman Düne, Red, Amor Belhom. Et puis il y a Noir Désir dans un autre registre…

Je trouve que les gars de Noir Désir ont de très bons sons de guitares, ils sont bons non ? Sinon j'adore vraiment les Wampas, Didier a une énergie incroyable sur scène. Tout le monde dit qu'ils sont trop vieux dans la presse mais leur concerts sont toujours plein et il y a beaucoup de jeunes. Sinon j'aime beaucoup le cinéma français, ancien et récent. Dernièrement j'ai beaucoup aimé Irréversible, ça c'est très bon.

Sinon je connais Théo Hakola qui a enregistré le 1er Noir Désir, il était dans Passion Fodder et Orchestre Rouge il y a des années… On n'est plus vraiment jeunes maintenant.

Oui mais tu sors toujours des disques, et puis regarde Johnny Cash

C'est vrai, il est extraordinaire. C'est pareil pour Hank Williams ou The Carter Family. Mais je ne comprends vraiment pas pourquoi vous considérez ça comme de la musique pour les bêtes ici…

Retour haut de page

Dirty three

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.