Shannon Wright

Rennes, L'Antipode - 17.04.2007

» Compte Rendu

le 20.04.2007 à 06:00 · par Eric F.

Les lumières s'éteignent doucement, puis reviennent. Alors qu'on pense que le préposé à l'éclairage se fait la main, c'est bel et bien à ce moment-là que Shannon Wright arrive sur scène accompagnée par sa nouvelle section rythmique, Kyle Crabtree à la batterie et Todd Cook à la basse. Le choc est déjà énorme visuellement : les deux membres de Shipping News ont chacun adopté une barbe plus que fournie qui rendrait plus que jaloux les membres de Grandaddy. Sans même communiquer avec le public, le groupe s'installe en douceur, Shannon Wright s'asseyant au piano. La voix bien en avant, on se rend bien vite compte que le son sera à la hauteur de nos espérances et que le concert n'en sera que meilleur. La jeune maman joue seule pendant ce qui semble être de longues minutes, les deux membres de Shipping News restant de marbre, les yeux clos, comme s'ils dormaient. Mais leur entrée en matière, au moment où on s'y attendait forcément le moins, nous rappelle à l'ordre : pas question de roupiller pour eux, mais bel et bien de jouer quand il faut, comme il faut. Si Kyle Crabtree cognera un peu trop sec sur Defy This Love, on se dit qu'avoir une telle section rythmique derrière soi laisse une sacrée marge de manoeuvre.

Après avoir livré un quatrième titre au piano, le majestueux Everybody's Got Their Own Part To Play (ponctué par les superbes choeurs de Todd Cook), la voilà qui se lève pour prendre sa Jazzmaster, enfin décidée à en découdre avec nos oreilles. Commencer par Don't You Doubt Me est dans cette optique une idée plus que judicieuse, la rythmique accélérée rend d'ailleurs le morceau encore plus efficace. Kyle Crabtree commence à devenir réellement impressionnant derrière ses fûts. Le premier gros frisson viendra peu de temps après avec un With Closed Eyes largement acclamé. Qu'importe si le son est devenu un peu moins bon, la décharge d'adrénaline n'en reste pas moins conséquente. Fidèle à elle-même, Shannon Wright se démène, étire ses jambes comme un Bill Callahan puis se lance dans une sorte de danse de la pluie (une averse de décibels, oui !), mais on ne peut s'empêcher de penser que c'est plus par réflexe que par pur plaisir. Comme toujours, elle ne dira rien au public (à peine deux mercis pendant tout le concert), visiblement nerveuse à l'idée de devoir affronter des blancs entre les morceaux. Ce qui explique sûrement la présence quelque peu déroutante de samples de larsens lancés entre chaque titre nécessitant un ré-accordage. Mais après tout qu'importe, tant que l'émotion est bel et bien au rendez-vous sur chaque titre... La transition entre un When The Light Shone Down et le délicat In The Morning (seul morceau joué à la guitare sans énervement) est magnifique et on se dit que la soirée prend une tournure vraiment admirable. Mais là surprise, le groupe quitte déja la scène, après une quarantaine de minutes !

Heureusement il reviendra. Shannon Wright repasse au piano pour un Steadfast And True poignant mais qui ne pèsera finalement pas lourd face au chef d'oeuvre suivant. Le temps de réempoigner la guitare et nous nous dirigeons tout droit vers une apocalypse sonore totalement incompréhensible et c'est au moment où Shannon Wright lance les premières notes de Portray qu'une corde la lâche, mais sans se démonter, l'Américaine poursuit son entreprise de tabassage sonore. Encore plus qu'auparavant, ses deux acolytes jouent très serré, comme pour offrir le plus bel écrin possible à ses aventures guitaristiques. La batterie cogne, la basse claque et la guitare nous fait perdre tous nos repères. Peu importe si celle-ci n'offre plus qu'un accordage assez approximatif, on se laisse prendre dans les filets d'une voix qui part enfin dans ses derniers retranchements. Après avoir bien heurté ses cordes vocales, Shannon Wright s'allonge et se met à bouger dans tous les sens, ses convulsions évoquant une sorte de rituel, forcément païen. C'est sur cette note totalement assourdissante que le groupe quittera une nouvelle fois la scène.

Shannon Wright y reviendra, seule cette fois ci, pour livrer un Avalanche plus qu'étiré, mais surtout bienvenu après une telle performance. S'amusant à répéter encore et encore les quelques notes finales, l'Américaine jouera ainsi la carte de la beauté et de l'apaisement jusqu'au bout. Puis elle repartira, presque comme elle était venue. Sauf que l'attente avait depuis été remplacée par la béatitude.

Setlist :

  1. Idle Hands
  2. You Baffle Me
  3. Defy This Love
  4. Everybody's Got Their Own Part To Play
  5. Don't You Doubt Me
  6. St. Pete
  7. With Closed Eyes
  8. Black Little Stray
  9. Less Than A Moment
  10. When The Light Shone Down
  11. In The Morning
  12. Steadfast And True
  13. Portray
  14. Avalanche

Retour haut de page

Photo Concert Shannon Wright, Rennes, L'Antipode, le 17.04.2007

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.