Air

+ Flotation Toy Warning

+ Lali Puna

+ Peaches

+ Phoenix

+ TV On The Radio

St Malo, Fort St Père - 14.08.2004

» Compte Rendu

le 02.10.2004 à 06:00 · par Eric F.

Le vendredi digéré que l’on peut se lever pour ce qui s’annonce comme la journée la moins rock and roll des trois. Et elle commence mal puisque après avoir loupé deux navettes successives, le concert de Laura Veirs au Palais du Grand Large s’envole. Les bluettes folk de l’américaine seront donc pour plus tard. Pas grand chose d’autre à faire par cette après midi ensoleillée que d’assister à la conférence de presse des sympathiques nouveaux venus Flotation Toy Warning, qui bien qu’heureux d’être là ne nous apprendront pas grand chose ("Oui on aime bien Mercury Rev et Grandaddy mais on préférerait que les journalistes disent qu’ on a notre propre style" etc.). Après un nombre imposant de bières ingurgités, on se retrouve de nouveau face aux anglais qui viennent défendre leur premier album sans pour autant sembler tendus. On a pourtant la fâcheuse impression que le magnifique Losing Carolina For Drusky arrive un peu trop tôt dans le set tant le reste semble avoir du mal à égaler ce niveau. On pourra tout de même saluer l’activité de Ben Clay, jonglant entre la basse (une fois de plus bien trop mise en avant) et la guitare. Pas dépourvue d’émotions, la musique de Flotation Toy Warning devra cependant faire ses preuves sur scène.

Lali Puna, de son côté, avait laissé une impression un peu soporifique lors de leur précédent passage . Peut-être bluffés par le "hold up" de Ms John Soda l’an dernier, les allemands ont cette fois ci laissé une trace beaucoup plus vigoureuse. Les qualités du Notwist Micha Archer sont beaucoup mieux mises en avant, se mariant parfaitement avec l’esprit beaucoup plus volontaire du dernier album du groupe en date, Faking The Books. L’apparition de la guitare sur les trois derniers titres finissant de dynamiter cet ensemble fort convaincant.

Petite surprise ensuite puisque Air monte (déjà !) sur scène. Acclamations de rigueur et première constatation d’emblée : le temps va être sacrément long tant les versaillais semblent vouloir revisiter leur morceaux à une sauce variétoch’ insupportable. L’ennui règne bien vite dans ce concert sans aucune surprise. Une prestation bien lisse donc, que même un Sexy Boy en rappel ne sauvera même pas. Débarrassé, il reste encore à se farcir les Phoenix qui se prennent ce soir pour un groupe de rock (ah bon ?). A l’heure d’écrire ces lignes, seule une double interprétation d’Everything revient à l’esprit, autant taire le reste.

Du coup, le faible intérêt de ces concerts aura eu pour effet de relancer notre consommation de bière, laissant des souvenirs assez flous de la prestation de TV On The Radio, même si les new yorkais furent beaucoup plus convaincants (mais était ce bien difficile ?). Le premier album aurait pu laisser présager d’un show un peu plus enflammé, mais qu’importe, le charisme du groupe est assez important pour passer un bon moment. Une autre qui n’en manque pas, de charisme, c’est bien Peaches. Démarrant au son d’une reprise d’Electric Six, l’ancienne protégée de Gonzalez, en tenue très légère, se fait bien vite rejoindre par deux danseuses (du moins semble-t-il !). Invariablement orientées cul, les "chorés" ne laissent pas moins place à l’improvisation : la dame se met à monter les échafaudages, allant même jusqu’à se cogner la tête dans un imposant projecteur ! Armée d’un gode ceinture et beuglant son Kick It, notre Iggy Popette remet un peu de bordel dans cette soirée un peu trop polie.

Retour haut de page

Lali Puna

» Accès Archives

Copyright © 2004-2013 Millefeuille, toute copie intégrale ou partielle est soumise à autorisation. Contacts. En continu.